♥ Blog libertin gratuit d'une coquine hotwife très exhib ♥

[2021] Canaries : Lanzarote, Gran Canaria, Tenerife

2020, nous avions opté pour une virée en Haute Savoie. 2021, nous avions d’explorer le monde les fesses à l’air et pourquoi pas y réussir une rencontre coquine ! Nos valises se sont posées dans les îles Canaries. C’est un archipel composé de huit îles. Bien que l’Europe soit en pleine quatrième vague de variant Delta, nous n’avons rencontré aucun problème lié à la pandémie durant nos quinze jours de voyage. Cela a été transparent : pas de couvre-feu, pas de passe sanitaire (sauf dans les hôtels). N’arrivant pas à ne choisir qu’une seule île, on a décidé d’en découvrir trois : Lanzarote, Gran Canaria et Tenerife. On a beaucoup aimé Lanzarote et Gran Canaria. Tenerife nous a moins plu, vous verrez moins de photos coquines pour le coup.


Lanzarote : le volcanisme brut

Volcan El Cuervo : de la terre à ma lune !  

Timanfaya : Flashing risqués du bus au parc 

Deçi delà : on the moon, exhib touristiques !


Gran Canaria : contrastée et coquine

Las Palmas : Flashing à Vegueta

Maspalomas : nue dans les dunes

  Maspalomas : sexe dans les dunes avec Rutger

Maspalomas : après l’effort, réconfort à la plage naturiste

Roque Nublo : randonnée cul nu

Exhib coquines entre villes et villages


Tenerife : la plus touristique des îles

  Teide : flashing au sommet, exhib de haute altitude à 3 500m

Faire l’amour sur le balcon de l’hôtel


C’est une destination que nous n’aurions jamais choisie hors Covid. On aime les endroits pittoresques et naturels et les Canaries ont toujours incarné – à nos yeux – les excès du tourisme de masse avec des hôtels semblables à des barres d’immeubles, des littoraux dénaturés et surpeuplés, des attractions peu respectueuses de la Nature (charters motorisés pour observer les cétacés au plus près, balade en chameaux attachés les uns aux autres par des cordes…).

Si vous ne voyez pas où ça se trouve, c’est au large du Maroc, dans l’océan Atlantique.

Alors pourquoi avoir choisi les Canaries ? Car on est en manque de dépaysement et l’omniprésence volcanique nous séduit grandement. On a d’ailleurs axé notre voyage pour profiter au maximum des paysages naturels et des volcans. Plus prosaïquement, l’archipel se trouve au large du Maroc, mais appartient à l’Espagne, à trois mille kilomètres au Sud de la France. Les mesures sanitaires sont souples et les restrictions similaires à celles mises en place en France. A chaque chose, malheur est bon. Les hôtels n’hébergent que 50 % de la clientèle. On a donc saisi l’occasion de pouvoir découvrir l’archipel avec moins de monde. C’est loin d’être mort. Je n’ose imaginer ce que cela donne en temps normal.

Niveau météo, “l’éternel printemps” nous a paru survendu, mais on a peut être joué de malchance. On vit dans le Var, notre référentiel climatique est sans doute faussé également. On a plus eu l’impression de vivre un “éternel automne” ! A Lanzarote, le climat a été exécrable durant cinq jours : crachin, vent fort, de 13° à 18° dans les terres. Le bord de mer est resté ensoleillé chaque après-midi et tempéré à 27/28°. Gran Canaria, le nord nous a offert une météo très semblable à celle de Lanzarote, quelques degrés en plus. Le sud a été très agréable par contre. Pour Tenerife, il faisait bon en journée, mais bien frais le soir.

Nous avons été très agréablement surpris par ce voyage. On craignait sincèrement d’être déçus. Les Canariens sont joviaux et festifs, ils chantent souvent et sont volubiles. Ils aident gentiment et discutent facilement. La nourriture est bonne, mais très grasse. Comme dirait un grand philosophe : “Le gras, c’est la vie !”. Le ragoût de chèvre a séduit nos papilles et les papas arrugadas (des pommes de terre fripées) sont une valeur sûre ! Les alcools sont (trop) bien servis. Les prix sont très attractifs à tout point de vue. On nous avait vanté la grande ouverture d’esprit sexuelle et des tenues très sexy en Espagne et honnêtement, ça ne change vraiment pas de la France. En tout cas par rapport au Sud-Est, on n’a pas vu de différences notoires.

Niveau paysages, on s’en est mis plein les mirettes. On s’est laissés séduire et on a passé quinze jours merveilleux. On a même rencontré Anette Home ! On a été impressionnés par la brutalité des paysages volcaniques de Lanzarote avec des champs de laves à perte de vue. On a marché sur des caldera, on a pénétré dans des cratères. On a eu l’impression d’être des apprentis vulcanologues. On a été séduits par les paysages de montagnes de Gran Canaria, l’histoire des villages et les plages de Maspalomas. Cette île se targue d’être libérée et LGBTQ+ friendly. On y a rencontré un Norvégien coquin dans les dunes en faisant des photos de nu. Enfin, on s’est sentis tout petit en montant en haut du volcan Teide à Tenerife. C’est le plus haut sommet d’Espagne à 3700 mètres d’altitude.

Les Canaries sont une terre de contrastes entre le bleu gris de l’océan atlantique, la coruscante blancheur des maisons et le basalte noir des volcans. On passe de la plage à la montagne en une heure. Derrière les immenses resort sans âme et les nombreux attrapes-touristes, il y a une authenticité à découvrir.