♥ Blog libertin gratuit d'une coquine hotwife très exhib ♥

[Lanzarote] Flashing au parc du Timanfaya

Pour cette première journée de découvertes et d’exhib à Lanzarote, nous avons joué les apprentis volcanologues, MrSirban Tazieff et Lilli Kraft ! Le matin, nous sommes allés au parc national de Timanfaya également appelé « Montagne de Feu » ou Montaña del Fuego. On n’a pas pu faire d’exhibitionnisme, mais des flashing en raison d’une très grande fréquentation touristique.

Il faut arriver avant dix heures du matin pour éviter un cortège de voitures s’étirant sur plusieurs kilomètres. Le lieu est victime du tourisme de masse et si l’effet est atténué par la pandémie, il demeure très fréquenté. On arrive à 9h40. En partant du bord de mer à 9h15, il fait bon. MrSirban a une chemisette avec un jean et moi, une jupette avec un t-shirt. En l’espace de vingt-kilomètre, la météo change radicalement. On gare la Fiat 500 sur le parking. Elle affiche 16°, mais avec le vent on doit être à 12° en ressenti. On se croirait en novembre ! Il y a un très fort vent, de la pluie. Ca caille ! On se précipite vers la boutique du parc pour acheter un sweat-shirt… sauf qu’ils n’en vendent pas. Tant pis pour nous, on subira le froid ! MrSirban n’est pas enchanté à l’idée de faire de l’exhib au Timanfaya vu la météo, mais j’insiste lourdement et il finit par céder. On ne reviendra peut être jamais à cet endroit.

Le parc du Timanfaya se visite uniquement accompagné. Il est impossible d’y randonner pour préserver les lieux, sauf si vous réservez une visite avec un guide officiel plusieurs mois à l’avance. Créneaux et nombre de places sont limités. Il est aussi possible de faire une ballade à dos de dromadaire. Les animaux sont liés entre eux par une corde courte, en rang d’oignons, à porter deux touristes en même temps à longueur de journée. On respecte trop les animaux, on a donc opté pour l’autocar ! Le bus est la troisième option pour découvrir la Montagne de Feu. Le tour dure environ trois quart d’heures et est commenté dans plusieurs langues, sauf le français.

On a fait de nombreuses exhib dans l’autocar et je pense que le passager à gauche du couloir a compris notre manège coquin. La météo est exécrable et la visibilité est réduite, mais le tour de car reste néanmoins intéressant. Du 1er septembre 1730 au 16 avril 1736, les volcans se sont réveillés et ont détruit entre 1/5ème et 1/4 de l’île. Timanfaya est le nom d’un des villages ensevelis sous la lave. Le bus monte jusqu’au point culminant : le centre de l’éruption (Masigo del Fuego) à 525 mètres. Entre les gouttes sur le carreau, on distingue en contrebas la route empruntée pour venir au parc et un champ de lave qui s’étend à perte de vue.

Sortie de la visite en autocar, on retourne sur l’îlot d’Hilaire. C’est le HotSpot du Timanfaya et il ne s’agit pas que de flashing public ! Le trou derrière moi est directement relié à la chambre magmatique située à quatre kilomètres de profondeur. A six mètres, il fait 400°. Une odeur soufrée et une chaleur brûlante s’en dégage. C’est impossible de se tenir au-dessus sans brûler comme une petite saucisse ! A quelques centimètres de la surface, la chaleur s’élève à 140°. Des animateurs enflamment des brindilles dans un trou formé dans la terre. D’autres créent des « geysers » en mettant de l’eau dans des cheminées enfoncées à douze mètres de profondeur, où il fait plus de 600°. C’est rapide à voir, mais impressionnant !

On est restés une dizaine de minutes près de la fournaise à se réchauffer. Le monde appelle le monde ! Au départ, on était seuls près du brasero naturel à profiter d’une chaleur soufrée salvatrice. Puis, les gens ont commencé à affluer se rendant compte de l’intérêt. L’îlot d’Hilariot (Islote de Hilario) fait référence à la légende d’un ermite isolé sur ce point chaud avec son dromadaire. Il tenta de planter un figuier, qui ne donna jamais de fruit. L’artiste Cesar Manrique lui a rendu hommage au restaurant El Diablo (l’arbre et le crâne de dromadaire au centre). On n’a pas pris le BBQ cuit sur le puit creusé au-dessus de la chambre magmatique, car il est à peine onze heures du matin, par contre on a pris un chocolat chaud !

Nous avons poursuivi notre virée volcanique par la visite du centre des visiteurs de Timanfaya. L’entrée est gratuite et ce musée est vraiment très intéressant. Il explique très bien le fonctionnement des différents volcans, leur formation aux Canaries, la tectonique des plaques… Nous n’avons pas résisté à l’appel de quelques flashing au musée depuis le point de vue sur le champ de lave et c’est MrSirban qui en a eu l’idée. Quand on aime, on fait des exhib ! Vous noterez ce problème récurrent avec le lacet de ma chaussure de randonnée. Oh la la ! C’est ballot quand on ne porte pas de culotte !

Il est treize heures, quand nos estomacs commencent à se manifester. Nous quittons le musée et trouvons sur la route une petite gargote proposant des papas arrugadas (pommes de terre ridées !) et du poisson frais (qui ne l’était pas vu la nuit que j’ai passé). Le vent reste fort, il fait 19° mais le ressenti doit avoisiner les 16/17°. Nous poursuivons nos explorations volcaniques après le repas en randonnant autour du volcan El Cuervo, c’est le premier article publié sur le voyage aux Canaries (lire l’article).



Tous les articles sur notre voyage dans les îles Canaries en cliquant ci-dessous

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 commentaires sur “[Lanzarote] Flashing au parc du Timanfaya”