♥ Blog libertin 100 % gratuit d'une coquine, hotwife et très exhib ♥

[Haute-Savoie] Exhib à Mégève, la Belle au Bois

Comme nombre de personnes en France et dans le monde, nos projets de vacances ont été totalement chamboulés par la pandémie de Coronavirus et nous ne savions toujours pas quinze jours avant le départ si on aurait vraiment des vacances ! Exceptionnellement et pour la première fois en dix-sept ans de vie commune et de libertinage, il n’y aura pas de Cap d’Agde en 2020. Nous avons préféré annuler la quinzaine libertine dès fin avril. Nous ne trouvions pas très prudents d’aller se confiner dans des bars ou des parties coquines privées recensant des centaines de personnes dont les corps se mélangent.

Heureusement, nous habitons un beau pays où les paysages sont très variés. Après de nombreuses tergiversations entre les Pyrénées-Orientales, le Gers, la Dordogne… et la Haute-Savoie, c’est cette dernière qui l’a emportée. On en avait parlé il y a des années, on souhaitait aller à l’Aiguille du Midi observer le Mont Blanc et les Glaciers, et se rendre à la Mer de Glace avant que cela ne soit plus qu’un souvenir fondu. On a réservé en mai en ne sachant pas si nous aurions des vacances. On a pris des options “tout annulable à la dernière minute” au cas où !

Fin juillet, c’est parti pour plus de cinq heures de routes en direction de la Haute-Savoie. Les paysages s’étirent sous le regard embrumé du petit matin. On s’est levés à 5h20, on aimerait arriver pour la pause déjeuner. Les plaines et collines font place à des montagnes de plus en plus hautes jusqu’à se fondre dans les cieux. Les neiges éternelles se laissent deviner sous l’éclatant soleil estival. La première étape est Mégève. On nous a loué la beauté de ce petit village et on n’a jamais eu l’occasion d’y aller.

C’est tout mignon, tout beau, tout propret. Cela ressemble à une image d’Épinal. C’est exactement ce qu’on s’attend à trouver en Haute-Savoie : des montagnes, des sapins, des chalets en bois, des calèches tirées par des chevaux de trait, des églises au clocher pointu… On est charmés et on fait rapidement quelques exhibitions coquines en ville.

Seulement, voilà, notre enthousiasme retombe comme un soufflet, car la ville manque de vie. C’est une belle carte postale, mais elle n’est pas pétillante. Du moins, elle ne l’est pas en Été, ni la journée ni le soir. On a fait le tour en une petite heure. Nous consultons les documents remis par l’Office du Tourisme pour être certains de ne pas être passés à côté d’un lieu admirable. A priori, on a plus ou moins tout vu. On fait abstraction de l’insistance de l’hôtesse à vouloir à tout prix que nous nous rendions au complexe sportif, qui est paraît-il exemplaire ! On préfère profiter du grand air et on n’a rien de sportifs.

Une marche d’une heure aller-retour a retenu toute notre attention. Elle mène à une cascade, celle de la Belle au Bois. Il ne faudra pas s’endormir en chemin ! On décide de s’y rendre. Nous retournons au parking pour que je puisse troquer les chaussures compensées contre mes affreuses tatanes de randonnée ! Je trépigne d’impatience, c’est notre première “vraie” marche depuis ma tendinite d’achille. J’ai enfin eu le feu vert du kiné pour marcher plus de 3/4 km max !

Comme on dit dans le Sud… Oh pétard ! Ca crapahute sévère ou je manque franchement d’entraînement. La route menant à la cascade est très pentue et je comprends mieux pourquoi les autres randonneurs utilisent tous des bâtons de marche. On y va à notre rythme et grimpons en une bonne vingtaine de minutes. On a pris le temps de faire quelques arrêts exhib et flashing, d’observer la beauté du paysage également… et de reprendre notre souffle ! On croise enfin du monde et je soupçonne certains d’avoir deviné nos coquineries, notamment un couple dont la Dame nous a croisés tout sourire et le Mari s’est retourné vérifier alors que j’avais les seins et la minette à l’air !

On quitte la route pour se prendre un petit chemin en sous-bois. On entend le fracas de l’eau sur la roche et supposons ne pas être loin, lorsque notre regard accroche non pas une mais deux chutes d’eau ! Le petit sentier continue à l’ombre des arbres. Nous poursuivons et arrivons à un endroit où c’est encore plus joli.

Le lieu est enchanteur. La Cascade de la Belle au Bois n’est absolument pas endormie. Malheureusement, nous ne pouvons pas aller jusqu’au bord de l’eau. La dernière partie du chemin est beaucoup trop chaotique pour mon tendon d’Achille. Mon Homme se montre solidaire et ne souhaite pas faire l’aller-retour tout seul si je ne peux pas y aller. On se contente d’admirer de loin la beauté tumultueuse des eaux s’échouant sur les pierres. Le point de vue est superbe et on ne manque pas de faire des exhib dans ce lieu féerique. Un randonneur nous a d’ailleurs surpris en descendant au pied de la cascade.

Nous nous en mettons plein les mirettes, puis rebroussons chemin. Dans le sens retour, la marche se fait beaucoup plus facilement. La pente bien raide en montée se laisse engloutir sous la foulée descendante avec aisance. Notre regard capte un TAG franchement amusant. Il semblerait qu’un bonhomme de neige ait une érection devant une belle vacancière.

Sa carotte est tombée pile au bon endroit ! Elle pile à bonne hauteur pour avoir des idées de photos coquines et lubriques. Au départ, je pense faire semblant de le masturber, mais MrSirban voit plus loin et me demande de mimer une fellation ! Il ne faudrait pas que je fasse fondre le Graffiti, ce serait ballot !

La venue d’une troupe de randonneurs nous contraint à arrêter les photos exhib. Mon Aimé me demande de me rhabiller illico presto ! Il s’agit d’une famille avec les parents, les grands-parents, les enfants… on arrête là le jeu et redescendons au village de Mégève prendre un verre. La promenade nous a donné soif ! A notre arrivée, nous trouvions que les 24/25° degrés ambiants étaient frisquets en comparaison de nos 34/35°, mais après s’être activés on est d’un tout autre avis !

Nous posons nos bagages à l’hôtel, prenons un bon bain en amoureux puis allons profiter de la piscine. Nous décidons en fin de journée d’aller prendre un verre en espérant que les gens soient également de sortie après leur journée randonnée. Je mets une tenue assez sexy : jupe courte en cuir, gilet sans soutien-gorge, collants coutures, talons aiguilles et collier “hotwife”. Avoir mis ce collier explicite me permet de gagner 1 000 points sur le tableau des défis coquins 2020 (lire l’article), mais ne nous a pas permis de faire une rencontre hotwife. Le village est encore plus calme en soirée qu’en journée.

Comme un couple de petits vieux, MrSirban et moi piquons du nez vers vingt-et-une heures et décidons de rentrer rejoindre les bras de Morphée vers vingt-deux heures trentes. Il faut dire que la première journée de congés a été riche en émotions. On a la semaine de travail dans les pattes. On s’est levés à 5h20 et nous avons fait plus de cinq heures de route. On a fait une petite marche et on a bien nagé… On sera plus en forme les autres jours. Dimanche, nous quittons Mégève pour Chamonix ! J’ai hâte de vous raconter cela, ce sera le prochain article portant sur notre séjour haut-savoyard.



 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 commentaires sur “[Haute-Savoie] Exhib à Mégève, la Belle au Bois”