[Hotwife] Baise avec un inconnu en soirée non-libertine

Vendredi 11 septembre, mon Chéri m’a envoyé par mail un défi à relever. Il l’avait intitulé « Défi Hotwife » et le but du jeu était de gagner un maximum de points établis selon un barème lors d’une pendaison de crémaillère chez un ami le 12 septembre en contexte non-libertin et avec une cinquantaine de convives. Ce défi était divisé en quatre parties : la tenue, l’attitude, l’exhibition et le sexe. Je vous donne quelques exemples du défi et les sanctions possibles si je ne le réussis pas :

01

02

03

04

Je suis d’une nature très sauvage et méfiante. Habituellement, hors contexte libertin, lorsque je ne connais personne, je suis beaucoup dans l’observation. Il peut m’arriver de passer une soirée complète sans dire un mot si personne ne m’est sympathique, voire en m’isolant carrément si quelqu’un m’est antipathique. Je me fiche bien de ce que peuvent penser les autres, je ne fais pas ma vie avec eux ! Pour le coup, je ne vous cacherai pas que le défi m’a mis un coup de pression. A partir du moment où j’ai accepté de le relever, je suis rentrée en mode « compétition » et je voulais à tout prix le gagner ! Mr Sirban a rarement dû me voir autant investi dans un défi. Il y avait pour moi un réel challenge et je mettais un point d’honneur à réussir de mon mieux.

06

Samedi, j’ai fait un véritable défilé de mode à mon Homme. Je lui ai présenté cinq tenues envisagées pour la pendaison de crémaillère non-libertine. Je voulais attirer tous les regards sur moi et si possible, me sentir la plus jolie de la soirée, sans pour autant heurter qui que ce soit. J’ai finalement opté pour un haut en dentelle noir, au travers duquel on devinait mes seins et mes tétons, qui parfois pointaient entre les trous, une mini-jupe rose, des bas Wolford Satin Touch, mes talons New Rock et en accessoire un cadeau offert par un de mes fidèles followers, @Iougue, un soutien-gorge bijou qui guidait le regard directement dans mon décolleté. La lisière de mes bas étaient visibles. Voyant ma tenue définitive, Mr Sirban m’a attribué la note de 8/10.

07

08

Nous sommes arrivés à la crémaillère, ma tenue a été remarquée immédiatement. Tous les regards se sont posés sur moi : des regards d’envie et d’appréciation. J’étais contente de mon petit effet ! Notre ami nous a fait faire le tour du propriétaire. J’en ai profité pour lui dévoiler mon sexe en soulevant ma jupe et en lui disant qu’on pourrait se retrouver dans un petit fourré en cours de soirée. La visite finie, nous sommes allés au bar. J’ai pris un pastis, c’est un des rares alcools avec la Vodka qui ne m’enivre pas et que je supporte très bien.

09

D’autres invités sont arrivés progressivement. Je ne connaissais que trois personnes en tout et pour tout sur la cinquantaine de convives. En faisant les bises aux nouveaux arrivants, j’ai complimenté le parfum d’un homme en lui disant qu’il sentait très bon. Voilà bien une chose que je ne fais jamais quand je ne connais pas la personne ! J’envoyais des petites œillades à droite, à gauche, des sourires. J’étais appuyée sur le bar, reins cambrés et jambes à demie-pliées pour être la plus sexy et dévoiler à qui voulait le voir la naissance de mes bas. Un petit groupe de 4/5 hommes se le montraient entre eux et regardaient mes jambes en permanence. L’homme que j’avais complimenté sur son parfum est venu papoter un peu avec sa femme, Mr Sirban et moi. J’en ai profité pour glisser dans la conversation que j’avais le vin joyeux et que si j’étais ivre, j’allais finir nue et vouloir sucer tout le monde plus ou moins sur le ton de la blague. Ils ne devaient pas savoir si c’était du lard ou du cochon ! Parallèlement, je blaguais et flattais un des serveurs, lui envoyant des regards et sourires chaleureux et appuyés, qu’il me rendait systématiquement. A deux reprises, je me suis exhibée au bar. J’ai montré mes seins une fois à mon Homme, sans que personne ne me voit. Et une autre fois, un de nos amis s’interrogeait sur mon bijou, j’ai donc soulevé mon petit haut pour lui montrer ce que cela donnait !

10

Ensuite, je suis allée voir un de nos trois amis. Pendant ce temps, mon Homme a expliqué au serveur qu’il voyait nos petits jeux de regards et sourires mutuels (je pense que pendant 1 minute, il a dû grave flipper le pauvre barman !) et que nous étions un couple libertin, il lui a officiellement donné son aval si nous avions envie de nous éclipser pour nous amuser. Autrement dit, Mr Sirban m’a défriché le terrain ! Il est venu me raconter cette petite discussion. Lorsque nous sommes retournés au bar, le serveur m’a demandé qu’elles étaient mes pratiques. Je lui ai dit que j’aimais la pluralité masculine et les gangbang. Devant sa moue dubitative (j’ai une vraie tête de sainte-nitouche), je lui ai montré quelques photos de mes derniers gang-bangs à visage découvert. Il n’a pu que constater l’évidence : je n’étais pas une petite allumeuse, mais j’étais une vraie coquine libertine ! Il m’a clairement dit qu’il n’était pas libertin, qu’il n’avait jamais fait ça, mais qu’il avait très envie d’essayer. Après ce court échange, j’ai eu peur qu’il se dégonfle malgré les petits bécots que nous nous faisions de temps en temps devant toute l’assemblée !

11

Nous avons dîné tous ensembles. Mr Sirban s’est absenté cinq minutes le temps d’aller aux toilettes. Le serveur est venu à moi à ce moment me demandant si j’étais toujours partante pour m’amuser avec lui. Nous sommes partis tous les deux, mains dans la main, devant toute l’assemblée qui a parfaitement compris ce qui se passait ! Il devait être 23h je pense et il faisait nuit noire. Je n’ai pas pu filmer avec la Go Pro. Nous sommes allés nous isoler dans un établi donnant sur un champ. Il était hyper-excité, au taquet, comme quand on est encore adolescent. Il ne cessait de me répéter qu’il adorait cette situation, qu’il n’avait jamais fait, que j’étais la plus belle ! C’était à la fois mignon et très excitant de le voir perdre ainsi la raison face à ce genre de situation !

12

Lorsque j’ai commencé à le sucer, j’ai découvert qu’il avait un très très gros sexe… mince ! C’est bien ma veine. J’arrive à embringuer un non-libertin dans mon plan sexe et j’ai choisi Mister Big Dick ! J’ai demandé si je pouvais prendre une ou deux photos pour les montrer à mon Mari. Hors contexte libertin, c’était très délicat et j’aurai pu le faire fuir. Il a accepté sans la moindre hésitation. Elles ne sont pas très jolies, prises au flash en pleine nuit. Je suis comme Saint-Thomas, je ne crois que ce que je vois et tellement d’aventures libertines sont imaginées et fantasmées, que je mets toujours un point d’orgue à les agrémenter de photos pour témoigner de la véracité de ce que je vous raconte. Je n’invente jamais rien dans mes récits (c’est d’ailleurs pour cela qu’il n’y a jamais de retranscription de dialogues, car ce serait romancé) et j’essaie au mieux de vous le prouver en images, parfois pourries comme celles-ci ! Je l’ai sucé, lui faisant des gorges profondes. Il n’arrêtait pas de s’exalter et d’exprimer sa joie, un vrai chien fou ! A un moment, il a voulu me prendre. Je me suis mise en appui contre une motoculture, mais son sexe trop bien membré n’a pas réussi à me pénétrer. Il ne pouvait pas rentrer, car je suis serrée et il est très large. Cette situation, au lieu de lui faire perdre tous ses moyens, l’a excité encore plus. Il m’a doigtée en m’embrassant et en me disant que j’étais aussi serrée qu’une vierge et qu’il ne s’y attendait pas du tout au regard de mes pratiques.

13

Nous sommes allés sur des tréteaux. Cuisses ouvertes, intimité offerte, il m’a léchée tout en me doigtant. Il a de nouveau tenté de me prendre. Pour que ça puisse rentrer, il a du forcer et malheureusement, cela me faisait plus de mal que de bien. J’ai du tenir 2/3 allers-retours avant d’arrêter. La situation l’excitait autant qu’elle l’effrayait, car c’était une première pour lui et il savait ses amis et son employeur d’un soir à moins de 100 mètres. Nous avons décidé de retourner voir les convives.

14

Lorsque nous sommes revenus, tout le monde nous regardait : tous avaient compris ce qui c’était passé dans le champ quand mon Homme s’était absenté. Pauvre Homme et quelle salope ! C’est vraiment ce qui transparaissait dans leur regard. Ils avaient tous pitié de lui et me détestaient presque sans même me connaître. Mon Chéri, revenu des toilettes, étaient aux anges ! Je ne vous raconte pas le sourire qu’il arborait : je ne lui ai jamais vu autant de dents ! Aussitôt assise, nous nous sommes tapés dans la main genre “Pari gagné ! Yeah !”. Je pense que c’est à ce moment qu’on a largué les gens ! La cinquantaine d’invités devait s’attendre à l’esclandre du siècle, mais au lieu de ça, mon Cocu de Mari respirait la joie de vivre. Je me suis empressée de lui faire le debrief, avec mes quatre photos pourries à l’appui pour prouver mes actes. Je suis comme Saint-Thomas, je ne crois que ce que je vois et je pars du principe qu’on fonctionne tous ainsi. Il m’a alors dit que j’avais gagné mon défi et que j’étais la reine des hotwives. Nous étions à table avec nos trois amis, mais également un autre homme complètement ivre mais très sympathique ! Nous nous sommes amusés à imaginer ce que les gens avaient pu penser !

15

Ce fut une expérience inédite et très excitante. Le fait d’avoir fait cela hors contexte libertin a quelque chose de transgressif et un goût d’interdit, qui nous a terriblement excité l’un comme l’autre. Je suis contente d’avoir réussi mon défi en plus même si aujourd’hui, j’ai encore bien mal au sexe ! Hier soir, en rentrant à 2h30 du matin, mon Chéri était au taquet et a commencé à me faire un cunni, mais j’avais le minou très irrité par la pénétration douloureuse. Aujourd’hui, ce sera repos de la guerrière, ce qui ne nous empêchera pas de nous amuser autrement !

Lors du défi “Hotwife”, mon partenaire m’a propulsée sur des tréteaux : égratignures et bleus

♥ Découvrez également ♥

Partagez !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

52 commentaires sur “[Hotwife] Baise avec un inconnu en soirée non-libertine”