Site gratuit d'une libertine depuis 2011 !
Site gratuit d'une libertine depuis 2011 !

[Exhib] Impudique en bord de mer à la Madrague

« Mais pourquoi ai-je mis un manteau et un pull alors qu’il fait 25° ? »

Cette question m’a occupée une case toute la journée. J’ai eu chaud, vraiment trop chaud et l’aération des seins et du corps n’a pas suffi à me ventiler suffisamment. Je vous invite à nous suivre en virée exhib à la Madrague le long du littoral varois. Et vous pourrez voir que j’ai tout fait pour me refroidir régulièrement !

On aime beaucoup se rendre sur le bord de mer hors saison, avant l’afflux touristique propre à tous les littoraux de France et de Navarre durant les mois de juillet et août ! Les flashing et exhib n’y sont pas moins excitants. Ils évitent surtout le risque d’être à proximité de familles venant passer leurs vacances dans le Sud. On se retrouve entre locaux habitués des lieux.

La promenade le long de la plage est agrémentée de nombreux flashing public. On est surpris de voir des gens se baigner, car la mer a beau être d’huile et d’argent, elle ne dépasse pas les 18° à cette époque de l’année. On est plutôt frileux niveau « température de l’eau ». On privilégie les 22° minimum et on se régale à 25/26°.

Une statue toute nue semble regarder l’horizon. Je pense prendre la même pose, mais MrSirban m’avertir qu’une flopée de gens sort du parking. On ne va pas attendre que la foule passe. De toute façon, il y a du monde. Il faudra retenter un autre jour. Nous poursuivons la promenade jusqu’à la Madrague. C’est un petit port de pêche encaissé sur la côte. Vous allez voir, c’est tout mignon.

Nous nous engageons sur un petit chemin menant à la crique. Taquine et mutine, je dévoile mes fesses à MrSirban qui n’a pas prévu de faire de photos d’exhib à cet instant. Je reste patiemment le fessier à l’air pendant qu’il tente de prendre des clichés quand… la dame juste devant moi se retourne pour me parler ! Mais pourquoi maintenant !

Flûte ! Zut ! Saperlipopette – ça fait longtemps que vous ne l’avez pas vu, hein – !

Dois-je me rhabiller vite fait en risquant d’éveiller des soupçons ou…

rester la fesse libérée en discutant comme s’il était normal de papoter le cul aux quatre vents ?

Ce sera la seconde option en essayant d’abréger au maximum la conversation tout en restant souriante, détendue du sphincter et courtoise ! La dame nous prévient que le passage est très glissant, car très pentu. Cela part d’un bon sentiment et elle n’est pas censée savoir que je lui réponds la jupe retroussée. Je la remercie. Je n’ai pas de chance… elle fait partie des gens répétant plusieurs fois les choses ! Une radoteuse, c’est bien ma veine ! Je reste un temps certain le popotin exhibé en remerciant la dame jusqu’à ce qu’elle poursuive son chemin. Je n »ai qu’une envie : me retourner vers mon Chéri et rigoler. En mon for intérieur, j’explose de rire ! Cela ne nous est jamais arrivés comme bêtise. C’est cocasse ou cul-casse si vous préférez !

Enfin seuls avec mon Chéri ! On va pouvoir faire des photos d’exhib d’autres choses que de mes fesses… même si cela ne semble pas vous déplaire en général ! MrSirban me propose de m’asseoir sur les marches cuisses grandes offertes. Je m’exécute avec un plaisir non feint. La position demandée est terriblement indécente et impudique. En extérieur sur un lieu de passage, j’adore.

A un moment, je constate qu’on a une vue plongeante sur la promenade de bord de mer menant à la Madrague et jonchée de bancs sur lesquels des gens sont assis pour flemmarder ou pique-niquer. Je le signale à mon Homme qui me demande s’il y a des enfants… Je scrute au loin, visiblement aucun marmot à l’horizon. Il me demande de maintenir l’exhibition publique pendant plusieurs minutes. Je me sens perler de plaisir et de désir, c’est tellement excitant comme situation. Je les vois, mais me voit-il ?

La dame nous ayant prévenu cinq fois que ça glissait n’avait pas tord ! C’est une patinoire. La pente est lissée par les nombreux passages. Nous avons gagné la crique à petits pas en évitant de tomber. Je suis contente d’avoir mis des baskets. MrSirban est en chaussures de ville et le regrette. Le lieu est superbe. Si l’eau était meilleure, on aurait envie de piquer une tête dans l’azur limpide de la Méditerranée.

Après une première exhib dans la crique, on remarque qu’il y a des gens derrière. Vous noterez que eux sont en maillot et moi, en manteau… et ils sont dans le vrai ! Le pire, j’ai la flemme de l’enlever et le porter sur le bras. On recommence et sur ce deuxième coup, je pense que le monsieur nous a trouvés bizarre ou a grillé quelque chose. Son regard en dit long lorsque je me retourne pour prendre une « photo normale » d’un pin se mirant dans les reflets de la mer.

Dès le mois de mars ou avril, quand la douceur pointe son nez, on oriente les promenades sur le littoral et ce jusqu’en juin (voir l’article sur le sentier de la Madrague l’an dernier). Le Var a ce petit goût de vacances même quand on y habite au quotidien. C’est peut être parce que je suis une ancienne parisienne que je le ressens ainsi. Nous avons la chance de vivre dans une belle région.

Arrivés au port de la Madrague après une petite marche. Il est l’heure de déjeuner. Notre menu se composera d’un hamburger bacon et fromage avec une bière corse pour MrSirban et d’un pan bagnat avec un thé glacé pour moi, le tout accompagné de frites. On a passé une excellente journée. Cela nous a complètement déconnecté l’esprit de la semaine de labeur. Comme quoi il en faut peu pour être heureux : un coin sympa, de bons sandwiches, la personne qu’on aime. Ca suffit au bonheur !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

17 commentaires sur “[Exhib] Impudique en bord de mer à la Madrague”