Site gratuit d'une libertine depuis 2011 !
Site gratuit d'une libertine depuis 2011 !

[Exhib] Flashing au Panier à Marseille

Nous avons passé le jeudi de l’Ascension à Marseille. C’est la deuxième fois que nous y allons depuis le début de l’année… c’est exceptionnel et c’est sans doute pour cela que la promenade s’est faite en partie sous la pluie ! Suivez-nous pour des flashing au Panier à Marseille, le plus vieux quartier de la cité phocéenne !

Marseille est la deuxième ville de France et se trouve à 1h30 de route de la maison. On est du département voisin du Var. Il peut se passer plusieurs années sans qu’on y mette un pied. On trouve la ville sale, bordélique et la beauté de certains lieux est souvent entachée par la laideur d’un autre à proximité immédiate. Je le dis à chaque fois que j’écris sur la cité phocéenne (lire les articles), mais c’est un oxymore visuel. Je n’arrive pas à trouver un autre terme pour désigner cette ville.

On se gare au parking de la République et empruntons le passage de Lorette pour accéder au quartier du Panier. MrSirban se souvient l’avoir visité dans sa jeunesse et pour ma part, je l’ai très partiellement vu en 2014 avec un amant venu de Picardie pour une semaine (lire l’article). En exhibant mes seins, je fais face à la rue de la République et deux dames regardent à cet instant. Oups ! Des boobs ! Souriez, vous êtes grillée !

Le lieu est à la fois pittoresque et glauque. On n’aurait sans doute pas osé passer par là en pleine nuit. Ca a besoin d’un sacré rafraîchissement, mais il y a du potentiel : Le passage couvert inspire des envies coquines et il semblerait que ce soit ancré dans la pierre, car la traverse de Lorette était réputée pour sa prostitution de rue et ses maisons closes au XIXème siècle. Nous montons les quelques marches et arrivons directement dans le quartier du Panier. En exhibant mes fesses dans les escaliers, il y a une dame derrière nous qui est tellement concentrée par sa discussion au téléphone qu’elle ne remarque même pas l’exhib !

On flâne à travers le dédale de ruelles et calades jusqu’à se retrouver sur la place Père Pierre Saisse, quand une première averse tombe. Oh fan de chichourle ! Flûte ! Zut ! Quand on est partis, il faisait beau et le ciel n’était pas menaçant. Je suis jambes nues avec des sandales compensées de 12cm, qui négocient mal le sol mouillé. Je n’arrête pas de faire de l’autoplanning sur les pavés. Et dans le quartier, les magasins vendent des savonnettes et autres provencou-conneries, mais pas l’ombre d’un parapluie… comme s’il ne pleuvait jamais dans le Sud ! Je suis ravie de me prendre une douche et le petit sac n’abrite pas grand’chose.

MrSirban propose qu’on aille s’abriter dans le bâtiment nous faisant face. J’ai un peu honte de l’avouer, car cela semble très connu mais on ne sait pas ce que c’est. On dirait un musée. Google est notre ami… Il s’agit de la Vieille Charité, un ancien hospice ouvert au XVIIème siècle pour héberger pauvres et mendiants. C’est superbe. J’aurai bien visité le musée des arts africains, océaniens et amérindiens, ainsi que l’exposition sur le surréalisme américain, mais mon Aimé n’a pas envie que la visite cul-turelle se mue en visite culturelle ! Comme on ne s’oblige jamais, on a fait le tour de l’hospice le temps que l’ondée soit moins forte.

Le quartier est réputé pour son patrimoine pittoresque mis en valeur par le street-art. Si certains sont vraiment sympas et très réussis, d’autres s’apparentent davantage à de simples graffitis. On a agrémenté la découverte de quelques flashing. Il y a beaucoup de monde malgré la pluie. La série Plus Belle la Vie se déroule dans ces ruelles, mais ne la regardant pas, je serai incapable de vous dire si nous sommes passés devant des coins connus des télévores !

On a flâné au gré de notre curiosité ; tournant à droite, à gauche, se laissant guider par l’originalité d’un tag, le charme d’une ruelle, la beauté d’un point de vue… Nos pas nous ont conduits jusqu’à la montée des Accoules. On n’a pas résisté à un petit flashing malgré un groupe de personnes faisant une chasse aux « trésors du Panier » et une caméra me faisant face !

La descente nous a menés jusqu’au Vieux Port où nous nous sommes posés pour prendre un verre. Une nouvelle averse est alors tombée à ce moment, la dernière heureusement ! On a poursuivi la promenade jusqu’à la rue Paradis, où je souhaitais utiliser mon « bon cadeau » gagné grâce aux sexchallenges 2021 (vous pouvez suivre l’évolution des défis coquins 2022 juste ici). Mon Homme m’a offert une magnifique paire d’escarpins de 12cm, noir vernis, avec une tête de mort en strass au niveau du talons aiguilles. Je les avais repérés sur Internet.. ainsi que la boutique marseillaise !

Le temps étant de nouveau ensoleillé, on a été prendre des cocktails et une planche de charcuteries et fromages sur un rooftop marseillais offrant une vue à couper le souffle sur la cité plurimillénaire. On a ensuite migré au R2, un rooftop boîte de nuit à ciel ouvert. On a passé une journée magique et complice malgré les ondées, ça fait du bien ce genre de sortie !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

21 commentaires sur “[Exhib] Flashing au Panier à Marseille”