[Couple] Exhib et coquineries au vieux calvaire

Comme vous l’avez sans doute déjà remarqué, mon Homme et moi sommes amateurs de bonne chère et des Trois “B” : Bouffer, Boire, Baiser. Nous sommes allés déjeuner dans un bon restaurant. Le repas terminé et après s’être bien régalés, nous nous sentons un peu lourd. Entrée, plat, dessert, apéritif, verre de vin… peut-être qu’un de ces éléments n’était que pur gourmandise ! Nous décidons d’aller faire une petite marche digestive juste avant de reprendre la voiture. En face du restaurant, il y a une forêt assez touffue pour la région et un petit chemin bien délimité. Nous allons jeter un œil sans trop savoir si cela nous mènera quelque part. Nous ne connaissons pas du tout les lieux.

Bien évidemment, on a voulu se faire tout beau pour aller au restaurant et on n’a pas prévu de faire une promenade pour s’alléger à la base. MrSirban porte des chaussures plutôt inconfortables et pour ma part, des talons aiguilles d’une dizaine de centimètres. Entre les feuilles mortes, qui se piquent au talon, et le petit chemin caillouteux qui fait tout pour me déchausser au moindre faux pas, quel régal ! Toutes ces émotions me donnent envie de faire pipi, seulement nous ne sommes pas les seuls à avoir besoin de digérer apparemment !

Je pars en exploration en m’éloignant dans les fourrés pour trouver un petit coin, mais sur quoi tombe-je ? Un vieux calvaire et un petit banc recouvert de mousse ! Bah ça alors ! On ne voyait rien depuis le chemin. Il semble comme oublier des Hommes depuis des lustres, dressé fièrement au milieu de la forêt et nimbé d’un halo de lumière. Il a ce petit côté “gothique romantique du XIXème siècle”. C’est malin ! Mon esprit pervers s’est enclenché dès que je l’ai vu. J’appelle mon Chéri pour lui faire part de ma trouvaille : “Amour, j’ai trouvé une croix !”. Visiblement, il ne m’entend pas… je répète : “Amour, y a une croix !”. Il me rejoint. Il est à son tour très surpris. On explore un peu les alentours immédiats, il n’y a pas d’autres particularités.

C’est bien sympa de faire des découvertes, mais ma vessie est réellement en train de me supplier de faire quelque chose pour la soulager. J’hésite entre prendre appui sur le banc ou sur le calvaire. Franchement, l’un est plus tentant que l’autre, plus transgressif… plus excitant. Je pose mon téléphone à la va-vite en appui contre le sac à main et enclenche la vidéo. Bien évidemment, entre l’envie pressante et l’excitation, j’ai perdu des neurones et je n’ai pas mis le téléphone dans le bon sens. Vous aurez donc toutes les photos dans le même sens… vertical !

Après avoir pu me libérer d’une certaine pression, mon esprit pervers n’a pas trouvé le repos et je commence à tout faire pour que MrSirban succombe à mes charmes. Il est en pleine digestion et il n’aime pas spécialement faire l’amour en extérieur, car il ne trouve pas cela pratique. Par chance, il a été excité de me voir uriner cuisses ouvertes en pleine forêt chaussée d’escarpins. J’ai un créneau !

Il va falloir que je sorte le grand jeu. Je relève ma robe pour lui dévoiler mes charmes et me dandine, bien cambrée en appui contre la croix. Je lui lance des regards infernaux. Il fait une mine dubitative, limite sa tête de “cacaboudin”, mais cède à la tentation. C’est plus pour me faire plaisir à mon avis. Accroupie, je le débraguette et commence à engloutir son membre. Je le prends en bouche, fais virevolter son chibre sur ma langue, lui prodigue des gorges profondes tout en ne le lâchant pas du regard. Il me dit d’aller prendre appui contre le calvaire et attendre qu’il vienne me baiser.

Je m’exécute. Je voulais du sexe, j’en ai ! Il mouille ses doigts avec sa salive, appuie sur ma cambrure et me pénètre sans ménagement et sans préliminaires. C’est une baise virile sans la moindre douceur. Il m’assène même de bonnes fessées qui font rosir le cuir de mes fesses et raisonnent dans la clairière. La forêt se fait écho de nos ébats, nos gémissements de plaisir n’ont rien de discret, mais le chant des cigales couvre a minima. Si quelqu’un venait à passer par le chemin caillouteux, je suis cependant certaine qu’il nous entendrait.

Après m’avoir bien secouée et honorée, MrSirban désire jouir sur ma poitrine. Je m’assoie au pied du calvaire, cuisses ouvertes et corps tendu, pour recevoir sa semence. J’ondule sans le quitter du regard et pose mon pied chaussé de talons aiguilles juste sous son sexe. Sa masturbation est rapide, incisive, frénétique. Il jouit une belle lampée chaude sur mes petits seins ! Cette bonne baise en forêt nous a mis dans tous nos états. Après coup, la réalité a repris le dessus. Je tâtonne autour de moi pour m’essuyer, j’ai la main pleine de sperme. Mon Chéri également.

Aucun de nous n’a pris de lingettes ou de mouchoirs. J’ai juste des capotes, du lubrifiant et mes papiers d’identité dans le sac à main. Nous regardons partout autour… un petit banc en pierre moussu, un calvaire fièrement dressé, un trou de verdure où chante les cigales… des arbres, des feuilles… Bon, ça fera l’affaire pour cette fois. Mon Homme a décliné ma proposition et a préféré conserver sa petite goutte au bout du sexe, pour ma part je me suis essuyée avec des feuilles un peu rugueuses mais salvatrices !

Nous avons tous les deux été très excités par le lieu, la situation et le côté tabou d’une culbute devant une croix. MrSirban a été enfant de chœur de nombreuses années et pour ma part, j’ai fait ma scolarité chez les sœurs bénédictines. Nous avons tous deux étudier la théologie et cela a fait de nous de… sacrés coquins ! Dans le libertinage, nous avons rencontré pas mal de personnes ayant eu une enfance stricte structurée par la religion et cela a conçu des adultes à la sexualité récréative, comme nos pairs des Lumières qui baignaient dans une société ultra religieuse et vivaient les plus grandes débauches dans leurs salons de courtoisie. Mes hommages à Choderlos de Laclos, de Crébillon fils ou encore Sade… qui offrèrent leurs lettres de noblesse au Libertinage en donnant corps à leurs plaisirs et vie à leurs fantasmes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

24 commentaires sur “[Couple] Exhib et coquineries au vieux calvaire”