[Cap 18] J7 – La Journée du don de sperme

Lundi 6 août, nous nous réveillons en même temps MrSirban et moi et je ne résiste pas à l’envie de bien commencer la journée. Amoureusement lovés l’un contre l’autre, je le masturbe et caresse son pénis érigé. Mon Homme ne souhaite pas jouir, il aime la sensation du manque de jouissance, ça le maintient à un plus haut niveau d’excitation. La matinée commence bien !

Cet aparté coquin terminé, nous allons prendre notre petit-déjeuner. Aujourd’hui, rien ne nous presse. Nous dînons avec nos amis sud-africains à 20h30 et avons absolument rien prévu d’autre. Ca fait du bien de profiter de la matinée à notre rythme !

Arrive l’heure du déjeuner, je fais le petit pipi d’avant repas (je suis sûre que vous le faites aussi !) et que sens-je ? Une maudite infection urinaire qui se déclare. Et crotte ! Je pense avoir commis deux erreurs de débutante :

  • je n’ai pas bu assez, alors qu’on est en canicule, seulement quelques verres de Perrier et menthe à l’eau, mais je dois être loin des 2L recommandés
  • je ne fais pas systématiquement pipi après les rapports sexuels.

Du coup, je prends directement un antibiotique pour essayer de l’enrayer le plus rapidement possible et je me mets à boire énormément.

Ca ne va pas me gâcher mon Cap, nan mais ! Je compte bien continuer à profiter, mais je me contenterai de faire des bukkake jusqu’à guérison. Ce sera la Journée locale du don de sperme pour l’association naturiste des spermatozoïdes !

Dans l’après-midi, vers 15h, nous rejoignons le Kama Sutra pour profiter du sauna libertin et de sa piscine à 30°. Là où tout le monde prend habituellement des bouteilles de rosé, on a pris une bouteille de… Cristalline ! Ca coule de source ! Et je l’ai siroté toute l’après-midi en alternant avec des menthes à l’eau. Après s’être délassés dans la piscine, je réclame à MrSirban de descendre dans la partie coquine. Il l’aurait bien fait plus tard pour sa part, mais j’ai trop envie de m’amuser et je me montre loooourdeeee un peu insistante ! Hop ! Ce que Femme veut…

Nous descendons. De prime à bord, le sauna me semble très calme. Les couples profitent de la clim et quelques hommes seuls sont en embuscades. C’est loin d’être rempli. Je murmure d’ailleurs à mon Aimé que ça va être compliqué pour faire un bukkake. Qui ne tente n’a rien ! On se fait une petite place sur un coin câlin. Nous retrouvons deux copains coquins : un couple de Bretons et TantriX66. Ils ouvrent le bal des sucettes, mais ne jouissent pas. Un troisième homme vient pour se faire sucer, il est charmant. Mais il explique avoir pris son viagra et attendre que ce dernier fasse effet, il n’arrivera pas à jouir. Ca sent la disette ! Motivée et obstinée, j’invite un quatrième homme à nous rejoindre et je commence à le sucer. A mon grand étonnement, il jouit assez rapidement sur mes seins. J’en aurai au moins un ! Je suis désormais entourée de cinq ou six hommes. Après, ça s’enchaîne rapidement. Deux giclettes, trois giclettes, quatre giclettes… Je ne me sens pas très confortable assise et pliée en deux vers les zizis. Je m’agenouille au sol, je suis à bonne hauteur pour faire des gorges profondes et des fellations à qui le souhaite. Le cinquième coquin est vraiment top ! Un chauve tatoué et musclé bien viril. Au départ, il profite classiquement de ma fellation, puis rapidement il la guide et la force un peu. Il me fait lui sucer les doigts, place ma tête sur son sexe et pousse un peu pour que je le prenne en gorge profonde ou lèche ses bourses. Il m’offre après un temps certain une belle douche de sperme ! Le sixième homme jouit par contre très rapidement, sur mon bras ! Certains jouissent quasi-instantanément et je n’ai même pas le temps de les sucer. Le septième et le huitième homme viennent assez rapidement également, l’un des deux me fait des petits bisous au front ou prend mon visage entre ses mains pour le regarder tout en me complimentant à chaque seconde, c’est un peu gênant mais très flatteur. Le neuvième et dernier coquin à m’offrir son sperme est un coquin qu’on revoit chaque année à la même date, avec sa femme, qui stimule ses tétons pendant que je le suce. Parmi les hommes seuls, un Argentin que nous connaissons depuis douze ans vient pour se faire sucer, mais après pratiquement une heure à genoux à faire des fellations, je fatigue vraiment de la mâchoire et souhaite m’arrêter de coquiner.

Ces neuf coquins ayant joué avec nous me permettent d’atteindre le chiffre rond de 100 partenaires depuis le début du Cap d’Agde !

Vers 18h30, nous quittons le Kama Sutra pour nous faire une petite propreté au camping : douche et choix de la tenue du soir. J’opte pour une petite lingerie noire et blanche, un petit costume deux pièces et des bas dont j’aime vraiment beaucoup le détail sur la jarretière !

Vers 20h, nous sommes au Waïki en train de prendre un verre. Nous trouvons l’ambiance assez calme, il n’y a pas trop de passage, mais ça n’empêche pas de voir de jolies tenues depuis la terrasse du café. Comme chaque soir, je prends un cocktail de jus de fruits pressés et MrSirban, un Long Island.

L’apéro pris au Waiki, nous sommes allés rejoindre nos témoins de mariage pour un dîner au Piment Vert. Ca nous a fait très plaisir de les retrouver. On se papote tout au long de l’année, mais ce n’est pas pareil que de se serrer dans les bras et de se voir.

Après le dîner, nos chemins se sont séparés. Badgegirl et son mari sont allés à l’Eros et nous, au cinéma porno ! J’y aime bien l’ambiance glauque et particulière. Ca fait partie de l’excitation. L’endroit est assez sombre, les fauteuils rouges et l’écran de projection avec le canapé en dessous créent une ambiance singulière. Les hommes sont tous très différents : certains sont carrément bizarres et beaucoup sont super. Il y a des gens plutôt moches, mais il y a également des canons ! C’est un mixe de la société dans ce qu’il y a de bien et de mal. Mais une très grande majorité sont très respectueux et mon Homme n’a pratiquement jamais besoin de faire la police ou d’élever la voix. Il s’assoit derrière moi, sous l’écran, et profite du spectacle des hommes m’entourant en quête d’une fellation. Hier, il était bien entouré d’ailleurs, une femme de chaque côté de lui, chacune se masturbant tout en me regardant sucer.

Je ne vais pas pouvoir vous décrire précisément chaque fellation, car j’ai eu seize giclettes en tout et j’ai dû sucer une vingtaine de zizis. Ma mémoire a ses limites en toute honnêteté et je n’ai jamais romancé nos aventures. J’ai retrouvé quelques habitués, comme un grand monsieur chauve, toujours en chemise et bien habillé, qui a joui rapidement sur moi. Il y avait aussi Momo, que nous voyons chaque année et qui a une façon de jouir très expressive. Lorsque je m’occupe de son très gros sexe, il aime que je le lui griffe, que je plante mes ongles dans sa verge et au plus je plante, au plus il jouit rapidement. Je m’adapte à chaque homme et j’essaie toujours de satisfaire leur demande, tant que cela m’est acceptable. Leur plaisir devient mon plaisir. J’ai également retrouvé un de mes followers, Pierre, qui est toujours dominant et dirigiste. Il m’a régalée, il est parfaitement dans ce que j’adore : une soumission sexuelle respectueuse mais virile. J’ai eu deux blacks joviaux et souriants, enthousiastes et sympas comme tout. L’un d’eux s’est lavé le sexe aux toilettes du cinéma juste avant de coquiner et il a des morceaux de papier collés au sexe. Au départ, j’ai cru qu’il s’agissait de méat séché et je trouvais ça grave dégueu dégoûtant. Lorsqu’il a vu que je refusais de le sucer, je lui ai montré franchement ce qui me dérangeait. Il m’a expliqué. Finalement, ce n’était qu’un excès de propreté (et je préfère largement ça). Il avait besoin que je broie ses testicules pour jouir et ça m’a surprise. Il fallait vraiment y aller fort et je n’osais pas écraser assez. J’avais peur de lui faire mal, mais il voulait avoir mal. Il a joui dans la douleur tout en riant. C’était plutôt… bizarre ! Par contre, j’ai eu ma première mésaventure du Cap d’Agde en une semaine de coquineries. Un abruti n’a pas respecté la consigne et a joui dans ma bouche. Dès que j’ai senti le sperme, je l’ai immédiatement recraché mais me voilà désormais stressée. Je l’ai grondé devant tout le monde : “Non mais ça va pas, tu me jouis dans la bouche, t’es complètement irrespectueux, tu vois bien que tout le monde jouit sur mes seins. Qu’est-ce que t’as pas compris ? Dégage, je ne veux plus te voir, ne reviens pas !”. C’était peut être un peu plus musclé et moins poli dans le texte, il m’a énervée. J’ai eu un sniffeur de poppers frénétique. Dès qu’il avait l’impression qu’il allait jouir, il sniffait et je sentais l’odeur désagréable de son produit. Je ne le quittais pas des yeux, je suis tachycarde et c’est un vrai poison pour mon petit coeur ce genre de produits. J’ai très rapidement choisi un autre partenaire de jeu. J’ai également sucé deux lecteurs du blog, des petits jeunes hommes adorables et super mignons, bien habillés également et très polis. On a papoté ensuite devant le Tantra, où nous sommes allés après le ciné. Ils sont au top !

Après le ciné, nous sommes allés au Tantra donc, directement dans les coins câlins après avoir pris un Perrier au bar. Je vous annonce le pire record de ma  vie : zéro coquin. J’ai sucé sept ou huit hommes, mais tous veulent me prendre et aucun n’a joui. Avec mon infection urinaire, je n’ai que la partie haute de mon corps en étant de fonctionnement. Et je ne vais pas courir le risque de souffrir pour une pluralité en club. Donc zéro… ça, c’est fait ! Le pire maintenant qu’il puisse arriver est que personne ne veuille jouer avec moi ! Nous nous étions installés à côté d’un couple, le mari du couple parlait aux hommes seuls comme à des chiens ou des bites sur pattes : “La capote, là tu la mise à l’envers, allez c’est bon, casse-toi !”. Ca nous a choqués avec mon Homme. On est toujours souriants, sympas. On essaie de s’adapter à notre partenaire. Là, le ton employé était cassant et rabaissant. Je n’avais jamais entendu ça ! Il y a des personnes qui n’ont pas compris grand’chose au principe d’échange et de partage du libertinage. Après ce cuisant échec, nous sommes allés prendre un petit verre au bar et sommes rentrés à la caravane pour une bonne nuit de sommeil.

Malgré l’infection urinaire, la journée a été très coquine et torride. On s’est bien amusés avec mon Aimé et nous avons réussi à prendre notre temps, à profiter sans avoir à se presser. Mine de rien, ça fait du bien ! Encore une chaude journée au Cap et le cap des 100 partenaires atteints.


Total du jour : 25 coquins

9 giclettes au Kama Sutra

16 en bukkake au cinéma porno L’Instant X

Total du séjour : 116 hommes


 

Partagez !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 commentaires sur “[Cap 18] J7 – La Journée du don de sperme”