Site gratuit d'une libertine depuis 2011 !
Site gratuit d'une libertine depuis 2011 !

[Vacances] Exhib en porte-jarretelles au parc 1/3

Les dernières vacances en amoureux ont été axées gourmandise et tourisme… cul-turel. Après avoir déjeuné aux Grands Buffets de Narbonne, nous sommes allés à Carcassonne pour quatre jours. Cela a été l’occasion d’exhib en porte-jarretelles au parc et en ville dans la bastide Saint-Louis, puis dans la cité médiévale.

En partant de Narbonne, il ne fait pas beau. J’opte pour un porte-jarretelles et des bas nylon avec une paire d’escarpins de treize centimètres. On a prévu de visiter la ville basse. Je ne pense pas rencontrer de difficultés particulières type pavés émoussés. Seulement, la météo change entre les deux villes et je mets finalement des baskets dans le parking à l’arrivée car le ciel alterne entre averse et bruine. MrSirban ne connaît pas le centre-ville de Carcassonne. Je l’ai fait adolescente à plusieurs reprises et je n’en conserve pas un souvenir transcendant ! L’avis changera peut être avec un regard adulte. Cela arrive dès fois.

Après un délicieux repas (garbure au foie gras pour nous deux ; parmentier de paleron pour mon Homme et filet mignon caramélisé pour moi), on a besoin de faire une petite marche digestive. La veille, on a mangé une vingtaine de mets aux Grands Buffets et on se sent encore lourds. On visite la Bastide Saint-Louis, c’est le nom donné à la ville basse. On fait quelques flashing dans les rues où on flâne. On visite l’église Saint-Vincent. Beaucoup de commerces ont la devanture totalement délabrée et semblent abandonnés depuis des années. Seule la Place Carnot bouge mais de nombreux enfants jouent à cet instant et on ne peut pas faire d’exhib.

MrSirban a bien envie que je Lui montre mes fesses devant les halles. Je m’exécute avec excitation, c’est peut être l’endroit le plus vivant avec la place principale ! On a vite fait le tour et on trouve l’ambiance un peu triste avec ces devantures fermées usées par les années.

On nous a conseillé le jardin du calvaire. C’est à un bon kilomètre d’où nous sommes. Aucun de nous ne connaît, on va visiter sous la pluie sans chanter… c’est assez humide comme ça ! En arrivant sur les lieux, je suis contente d’avoir troqué les talons aiguilles pour des baskets au regard des pavés ronds mouillés.

Même s’il ne fait pas beau, j’ai envie de retirer mes vêtements afin de visiter le parc des porte-jarretelles. Le temps est loin d’être idéal pour une ballade en extérieur. Le crachin, ça finit par mouiller ! MrSirban est très excité de me voir me déshabiller dans cette allée et savoure l’instant en regardant entre deux photos coquines.

Le jardin du Calvaire dégage une atmosphère singulière empreinte de romantisme. On a l’impression de remonter le temps jusqu’au XIXème siècle. Il a été construit en 1825 et porte tous les stigmates de l’usure du temps. Il a un charme désuet. Il y a un chemin de croix le long d’une allée en forme de U et le centre de cette allée principale mène à un promontoire où trône un vieux Calvaire. Des allées secondaires permettent de flâner également.

On conserve le manteau à porter de main pour le remettre rapidement si on croise du monde, mais ce ne sera pas nécessaire. Je reste en porte-jarretelles avec la bruine tombant sur la peau. Etrangement, je n’ai pas froid… pour le moment ! Il fait une dizaine de degrés mais l’excitation d’être nue dehors me réchauffe et je ne suis pas tombée malade non plus… les exhib coquines conservent peut être la bonne santé !

Je ne sais pas si c’est l’ambiance romantique du lieu, mais j’ai l’impression d’être épiée, comme si je sentais un regard posé sur moi. C’est troublant, car je suis nue au parc et s’il y a un voyeur, je préfèrerai le repérer. Cela me rassurerait de le voir. Pour ne rien gâcher, des branches craquent au sol à plusieurs reprises. Il tombe du crachin, mais il n’y a pas de vent pouvant expliquer les bruits. La sensation de ne pas être seule perdure pendant toute l’exhib. Pourtant, ni MrSirban ni moi ne voyons qui que ce soit ou… quoi que ce soit !

N’arrivant pas à savoir si nous sommes seuls, on termine nos photos coquines. Mon Aimé me demande de prendre appui contre une poutre en bois et cambrer mes fesses pour que le porte-jarretelles ressorte. Je prends la pause en scrutant l’horizon, car je me sens toujours épiée ! On se fait surprendre très souvent par des gens, mais on les voit. Des animaux peuvent parfois passer, mais on finit par les repérer aussi. Je ne sais pas ce qui provoque cette impression. C’est la première fois que cela arrive et ce n’est pas parce que je suis en mode flippette. Je n’angoisse pas du tout à l’idée d’être vue en pleine exhib dans le jardin. On est sereins sur ce coup-ci.

Comme disaient deux grands philosophes à la fin des années 90 : « le feu, ça brûle et l’eau, ça mouille !« . Le crachin finit par devenir désagréable et je commence par avoir un peu froid. Enfin… ce n’est pas trop tôt !

On termine cette ballade au Jardin du Calvaire en passant devant la maisonnette du gardien, qui se trouve à l’intérieur. Je me demande si ce n’est pas lui qui nous a épiés car les dernières exhib en porte-jarretelles se sont faites juste à côté de son poste. Cela expliquerait l’impression persistante d’avoir été observée. Mystère ! Nous avons poursuivi la promenade dans la cité médiévale où on a fait des exhib. C’est le prochain article !


Nos vacances coquines à Carcassonne

Exhib en porte-jarretelles au jardin public

Flashing nue sous le manteau à la cité médiévale

 Cul-turlutte et flashing au château comtal 


 Le blog de MrSirban fête aussi ses 10 ans !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

28 commentaires sur “[Vacances] Exhib en porte-jarretelles au parc 1/3”