[Costa Rica] Exhib dans le téléphérique

Nous quittons la région du volcan Arenal pour le Monteverde. C’est une région montagneuse du Costa Rica, où se trouve la forêt de nuages. Nous n’avons pas manqué de faire des coquineries pendant les trois jours, où nous sommes restés là-bas ! C’est un endroit extrêmement riche en terme de biodiversité. La jungle primaire est très présente. On peut observer des oiseaux, qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans le pays, comme le mythique Quetzal. En terme de distance, ce n’est pas loin du volcan à vol d’oiseau, mais la route est mauvaise. Il faut compter plus de 3h pour faire 100 km et les derniers vingt kilomètres sont très chaotiques.

Forcément, avec des routes et pistes jonchées de nids de poules, ornières et autres cailloux, ce qui devait arriver arriva et… nous avons eu terriblement envie de faire pipi ! Ce genre d’envies tombe rarement au bon moment et il n’y a pas l’ombre d’un soda (le bistrot local !) où s’arrêter. MrSirban prend une piste au hasard et on se dirige dans la jungle. D’un côté, elle est tellement dense que je n’ai aucun moyen de me cacher à moins d’avoir un coupe-coupe pour me frayer un chemin… et de l’autre, c’est le lac Arenal. Mon Homme rigole bien et me montre un gros arbre contre lequel m’appuyer faute de mieux.

Femme exhibe dans le téléphérique et pipi en forêt Femme exhibe dans le téléphérique et pipi en forêt

Bien évidemment, Je suis en short. Ce n’est déjà pas simple de faire pipi en jupe quand on est une fille sans en mettre partout, alors quitte à être dans la panade jusqu’au bout, j’opte pour la facilité. J’ôte mon short afin d’être libre dans ma génuflexion ! Je tourne le dos à la piste. Face à la jungle… 3, 2, 1… Libération, quel soulagement que ce pipi en nature ! Mon Homme fait de même, mais la caméra le bloque, il a le pipi timide, donc vous ne verrez rien !

Nous voilà allégés d’un poids ! Nous reprenons la piste et mettons 1h20 pour faire 30 km. L’aventure, c’est l’aventure ! Je suis contente d’être passagère, car entre les scooters, les chiens et les vaches qui traversent n’importe où, le ravin et les trous dans la chaussée, la route demande de la concentration.

Nous arrivons à l’hôtel, profitons d’un bon jacuzzi au soleil. Le lendemain, la journée s’annonce bien chargée : marche dans la jungle avec un guide pour espérer voir le Quetzal, puis téléphérique et ponts suspendus au-dessus de la forêt de nuages l’après-midi.

Nous nous réveillons aux aurores, car l’hôtel a eu la bonne idée de ne pas mettre de volets ou de double-rideaux. On a rendez-vous à 8h30 pour randonner. La matinée est excellente et nous parvenons à voir l’oiseau mythique des Incas après 3h30 de marche. On est fatigués car le rythme de marche a été soutenu, mais nous sommes également enchantés par cette coruscante beauté ! La jungle primaire est très épaisse. Le soleil pénètre peu la densité végétale et le sol est très humide et glissant bien que le temps -au-dessus des arbres- soit superbe.

J’ai pris une petite sacoche-banane pour y mettre le vieux téléphone portable, histoire de ne pas en casser un deuxième pendant le séjour. J’y ai aussi glissé un stick pour les lèvres et une mini-brosse à cheveux. On est une fille ou on ne l’est pas et il n’y a pas de poche dans les legging. MrSirban a pris la sacoche de couleur noire, la plus discrète des deux et il ne reste que la bleue ! Vous pouvez vous moquer derrière votre écran. Je vous entends vous savez ! Hi hi hi ! Ah ah ah ! Une banane… mouhahahah ! D’habitude ce n’est pas autour de la taille qu’elle les porte… Méga Lol !

L’après-midi, la promenade en téléphérique se fait en partie les seins à l’air après que mon Homme m’ait mise au défi de m’exhiber durant la descente. Elle dure une quinzaine de minutes normalement, mais il y a un vent glacial et puissant. La cabine est secouée dans tous les sens. Je ne m’attarde pas trop. J’ai trop froid et j’ai besoin de mes mains pour m’agripper par moment. Mon Aimé se gèle également.

Nous décidons d’aller acheter un sweat-shirt à une boutique pour ajouter une couche de vêtement supplémentaire. La forêt de nuages est réellement magnifique. Voir une brume épaisse épouser la cime des arbres et les plonger dans un voile blanc cotonneux, mystérieux, créé une atmosphère étrangement singulière et mystique. On s’attendrait presque à voir sortir à tout moment King Kong de la jungle.

Nous avons donc poursuivi notre promenade sur les ponts suspendus au-dessus de la canopée. Certains ponts sont très hauts et très longs. Amis du vertige, bonjour ! D’autant plus que les ponts bougent lorsqu’on s’amuse à sauter dessus. N’est-ce pas MrSirban ? Malgré ses taquineries, je n’ai pas résisté à lui montrer mes seins et mon petit cul rond pour le calmer. Paradoxalement, son regard se posant sur mes charmes, il est moins enclin à sautiller sur le pont suspendu !

Le Monteverde a tenu toutes ses promesses : nous avons été émerveillés par la beauté des oiseaux, multicolores et très présents, ainsi que par la forêt d’altitude couvrant de nuages la jungle. Niveau coquineries, de retour de randonnée, nous avons profité amoureusement de la chambre d’hôtel pour faire l’amour passionnément, puis nous avons pris un bon jacuzzi pour nous finir de nous délasser. Ca a été une journée riche en aventures !


Tous nos articles sur notre voyage au Costa Rica en cliquant ci-dessous

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “[Costa Rica] Exhib dans le téléphérique”