♥ Blog libertin 100 % gratuit d'une coquine, hotwife et très exhib ♥

[Confinement J17] Les pompes à pénis

Confinement, jour 17 ! On finit par s’y habituer n’est-ce pas ?

En ce jeudi 2 avril, la Force est avec moi. Je me suis laissée dormir jusque 7h30 et me réveille bien reposée. Je me dépêche pour prendre mon petit-déjeuner et me préparer en dix-sept minutes montre en main (3mn de lavage de dents, 6mn de douche/shampoing/après-shampoing, 4mn de maquillage, 4mn de séchage de cheveux). A 8h, je démarre mon télétravail de la plus naturelle des façons : le popotin vissé sur la chaise pour la matinée et les yeux rivés sur l’écran. Je n’ai pas le temps de bouquiner !

Nous avons reçu et installé la Nintendo Switch hier soir et avons téléchargé Animal Crossing, mais nous n’avons pas encore trouver le temps d’y jouer. Le télétravail occupe une très grosse partie de nos journées. Je profite d’une petite pause l’après-midi sous un soleil tantôt voilé tantôt perçant pour faire quelques petites photos coquines au jardin. Je ne porte les talons aiguilles que pour la photo, malheureusement mon tendon d’Achille ne me permet toujours pas d’en porter toute la journée. Heureusement, je suis de nature patiente ! Je profite de les porter vingt à trente minutes quotidiennement et c’est déjà mieux qu’avant, où je ne les supportais même pas une ou deux minutes.

Après la petite pause, j’ai goûté des céréales au chocolat et à la noisette et je m’en suis mis de partout ! La blonde ! J’ai changé de robe et enfilé un pull long. Mon Aimé a fini son télétravail vers 18h. J’ai été moins courageuse et j’ai rendu les armes à 17h. Peu de temps après qu’il ait fini, je lui ai demandé d’aller se mettre nu sur le lit. Il ne sait pas à quoi s’attendre. C’est la surprise ! Il me voit prendre les deux pompes à pénis, ainsi que le lubrifiant à base d’eau. La pompe à sexe blanche est plus soft que la noire. Je commence donc par celle-ci. MrSirban aime beaucoup la douleur que lui procure ces deux ustensiles, un savant mélange de souffrance et de plaisir.

Je dépose quelques gouttes de lubrifiant sur son sexe sans érection aucune et me contente de l’étaler sans essayer de le faire bander. La pompe à sexe s’en chargera. Je place la pompe blanche et prends la pomme dans ma paume. Un coup de pression, son sexe commence déjà à se soulever. Deux, trois, quatre coups de pression, on pourrait croire que mon soumis cocu entre en érection. Il commence à serrer les dents, la douleur de l’œdème devient présente. Chaque coup de pression le renforce et fait grossir son sexe par l’afflux de sang. Je relâche la pression par un petit bouton. Il débande immédiatement, mais son sexe reste rougi et gonflé.

Je répète cette opération à plusieurs reprises, une petite dizaine de minutes je pense. J’attends que son corps se cabre sous la douleur pour relâcher une dernière fois. Son regard pétille d’excitation, il adore la sensation procurée par les pompes. Je retire la pompe à pénis blanche, caresse son sexe rendu chaud par l’afflux de sang. Je mets quelques gouttes de lubrifiant et prends la pompe à pénis noire. Elle est plus forte, plus difficile à supporter. Je dois rentrer son sexe dans une sorte de joint en caoutchouc très serré, puis maintenir appuyé contre le pubis pour que l’air ne s’échappe pas. Elle est difficile à manier, car la poignée est vraiment grosse par rapport à mes petites mains et demande une certaine force.

Je fais grossir le sexe de mon Homme jusqu’à ce qu’il devienne rouge et très veineux. Je le menace d’appuyer une nouvelle fois sur la pompe. Son corps est crispé sous la douleur, il ne ressent plus sa queue. Son seul échappatoire : me supplier d’arrêter d’appuyer. Je le fixe droit dans les yeux et pose mes doigts sur la poignée de la pompe lui faisant croire que je vais encore retirer de l’air dans la pompe. Il essaie tout d’abord de résister et de ne pas supplier. J’appuie un petit coup bref. Je le menace une nouvelle fois. Il est tendu, plié. Son regard me supplie mais sa bouche ne dit mot. Je pose de nouveau les doigts sur la pompe. Il me supplie… “Arrêtez Maîtresse, s’il vous plaît ! Je vous en supplie. Je vous supplie d’arrêter”. Je relâche immédiatement la pression par le petit bouton. Je lui tends alors la pompe et lui demande de faire grossir sa petite bite de cocu, car je vais devoir m’en contenter pendant tout le confinement et qu’une queue aussi ridicule que la sienne n’a aucun attrait. Je précise que tout ceci est un jeu de rôle ! On est tous les deux consentants et on y prend beaucoup de plaisir : mon Homme comme moi.

Mon Homme a utilisé la pompe à pénis noire lui-même pendant que je caresse ses testicules et griffe son torse. J’ai ensuite retiré l’engin en ne laissant que le joint en silicone faisant office de cockring de fortune sur son sexe endolori et gonflé par l’œdème. Je l’ai masturbé en lui expliquant qu’il avait la possibilité de jouir maintenant et à aucun autre moment, sinon – s’il n’y parvenait pas à cause de la douleur -, il serait privé de jouissance au moins jusqu’à demain vendredi. Son sexe étant trop gonflé, il n’a pas réussi à jouir. Il a donc été privé d’éjaculation.

Nous avons tous les deux vraiment beaucoup aimé cette séance de CBT (cock and ball torture). Les pompes à pénis sont un ustensile que nous n’utilisons que dans un cadre BDSM. Encore une très belle journée de confinement passée tous les deux entre télétravail, bavardages, câlins et coquineries ! On a même pu commencer Animal Crossing juste avant de dîner en créant notre île.


Attention ► Nous vous déconseillons d’utiliser les pompes à sexe quotidiennement ou de manière prolongée, car elles ne font pas “réellement grossir votre sexe”. Elles provoquent un œdème par effet de ventouse. Cela peut s’avérer dangereux pour votre sexe si vous en abuser. C’est comme pour les bonnes choses : c’est à petite dose !


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 commentaires sur “[Confinement J17] Les pompes à pénis”