[Jean-Paul Four] Ô temps, suspend ton vol

Lors de mon séjour lyonnais et du shooting photo avec Jean-Paul Four, maître de la photographie fetish et BDSM, j’ai eu l’occasion de tester plusieurs pratiques de Shibaris. C’est un art très minutieux. Les cordes doivent être placées esthétiquement, ne pas scier ou brûler la peau, ne pas couper la circulation et elles doivent pouvoir se retirer rapidement en cas de problème. Nous avons testé l’auto-suspension. Le shibari est fait de telle sorte que je peux contrôler l’inclinaison de mon envol en tirant sur une corde laissée libre. Ce n’est vraiment pas évident, car on a tendance à tourner sur soi-même et à perdre toute logique spatiale.
AmanteLilli-bondage-autosuspension-shibari-jean-paul-four-lyon-01AmanteLilli-bondage-autosuspension-shibari-jean-paul-four-lyon-02AmanteLilli-bondage-autosuspension-shibari-jean-paul-four-lyon-04
Si cela vous tente également, je vous conseille de vous tourner vers un pratiquant aguerri, car ce n’est pas sans risque si c’est mal fait. Malheureusement beaucoup prétendent maîtriser cette pratique après avoir testé deux encordages sur Madame et lu quatre articles sur Internet. Or, cela s’apprend et se peaufine au fil du temps et n’est en rien inné. Cela s’acquiert avec patience, étude, échange, pratique et écoute de l’autre.
AmanteLilli-bondage-autosuspension-shibari-jean-paul-four-lyon-AmanteLilli-bondage-autosuspension-shibari-jean-paul-four-lyon-06
 J’ai été ficelée et ligotée une dernière fois lors d’un shibari complexe et délicat. Il a été long à créer et Jean-Paul Four s’y est affairé avec minutie. Pour ma part, les tensions sur les muscles se sont avérées pénibles, car prendre une photo est long et requiert de garder la position sans bouger… ou pouvoir bouger !
AmanteLilli-bondage-autosuspension-shibari-jean-paul-four-lyon-04AmanteLilli-bondage-autosuspension-shibari-jean-paul-four-lyon-05AmanteLilli-bondage-autosuspension-shibari-jean-paul-four-lyon-06Le lendemain, j’avais une sciatique et j’ai clairement compris que c’était la pose suivante qui me l’avait enclenchée ! Le soir même, les courbatures étaient anormalement fortes et s’amplifiaient lorsque je reproduisais la contracture musculaire ressentie. Il faut avouer que je suis aux antipodes de la femme sportive. Je déteste cela depuis que je suis petite. Si au quotidien, cela ne me dérange absolument pas (ni essoufflement, ni problème de poids, ni problème de santé), dans les coquineries je me rends compte qu’un peu de sport ne me ferait pas de mal parfois ! Le shooting a duré de 10h00 à 18h30. On a une heure de pauses diverses environ : déjeuner et break. C’est physique.
AmanteLilli-bondage-autosuspension-shibari-jean-paul-four-lyon-07AmanteLilli-bondage-autosuspension-shibari-jean-paul-four-lyon-08
AmanteLilli-bondage-autosuspension-shibari-jean-paul-four-lyon-25
Mon Chéri a photographié les coulisses ! Il a également du aider par moment pour me soulever par exemple alors que j’étais déjà partiellement attachée… et pour le coup, impotente !
AmanteLilli-bondage-autosuspension-shibari-jean-paul-four-lyon-15
Partagez !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 commentaires sur “[Jean-Paul Four] Ô temps, suspend ton vol”