♥ Blog libertin 100 % gratuit d'une coquine, hotwife et très exhib ♥

[Exhib] Valensole, nue dans les lavandes

Dernier week-end de juin, on profite du temps estival pour se rendre sur le plateau de Valensole, dans les Alpes de Haute-Provence, en espérant voir les champs de lavandes en fleurs. Je regrette de ne pas pouvoir vous partager l’odeur, car l’air est imprégné du parfum frais et fleuri. C’est superbe ; tout à la fois féerique et olfactif ! Suivez-nous : souvent toute nue et parfois avec les fesses parfumées de rosée !

On a très vite compris que trouver un joli champ isolé relevait de la quête du Graal ! Face à cette mission impossible et adorant l’exhibition publique, on a opté pour un champ en bord de route. Le coin est ultra touristique et on est toujours au minimum à quatre voitures arrêtées au même endroit pour profiter du même paysage : la lavande en fleurs ! Autre point que nous constatons par rapport aux lavandes du jardin : ça grouille d’abeilles, bourdons, osmies… Quel capharnaüm ! Le bruissement de leurs ailes habitent l’air d’un tonitruant bourdonnement. Bzz Bzz ! Ce sont des insectes que j’aime observer, voir butiner, évoluer de fleur en fleur, plonger leur trompe et transporter le nectar. Ils sont fascinants et n’attaquent que s’ils se sentent agresser. Ne les craignant pas, ils ne me font jamais rien.

Je ne résiste pas à l’envie d’un brin de cueillette et de fleurir mon séant, qui à défaut de sentir la rose, sent désormais la lavande. Pendant ce temps, la route ondule sous le flot incessant des voitures et camions. Je suis très potache niveau humour et c’est typiquement le genre de bêtise que j’aime bien faire pour tout vous avouer. Ca nous a bien fait rire ! Je suis restée un petit moment avec mon brin de lavande entre les fesses ! Heureusement que le propriétaire du champ n’a pas débarqué à ce moment, d’autant plus qu’il est formellement interdit de cueillir les cultures.

Nous nous trouvons face à un parking de revendeurs et ça circule pas mal. Je soupçonne le camion d’avoir vu ou compris nos coquineries, car il a klaxonné et fait des appels de phares en passant à proximité du champ. Il ne s’est rien passé et il a tracé son chemin Nous ne saurons jamais si un lapin traversait à ce moment là ou s’il a tout vu ! Pouet Pouet… Mystère et boule de sperme !

Las d’être à demi-nue, j’ai ôté totalement la robe pour être dans le plus simple appareil. Mon Homme est content de constater que j’ai osé tout enlever et me félicite pour le culot et la belle exhib, car c’est vraiment fréquenté. Pour les personnes qui reconnaîtront les lieux, vous saurez que je n’exagère pas ! Il est bientôt midi et demi, nous arrêtons les exhibitions… pour le moment. Il fait faim !

On se déniche un restaurant. Quel plaisir de profiter d’une bonne table ! Pour tout vous dire, j’ai pris deux kilos et demi pendant le confinement et cela me complexe un peu. Mes cuisses ondulent et mon ventre se tend. J’ai bien conscience qu’ils ne s’envoleront pas par miracle à l’aube de mes quarante ans si je n’y mets pas un peu de mien, mais on a qu’une vie et je suis réellement une grosse morfale un ventre sur pattes très gourmande ! C’est le sujet sur lequel je perds toute volonté, faible femme que je suis ! Cela s’annonce compliqué. Vous risquez de me voir un peu plus potelée qu’à l’accoutumée pour un temps certain ! Carpe Diem !

Les champs de lavandes et lavandins sont partout en fleurs et chacun accueille sa horde de touristes armés d’appareils photos reflex ou de téléphone portable. Nous ne faisons pas mieux, à la différence que les photos prises par mon Homme sont des photos coquines ! Nue dans les champs, je suis très excitée par la situation. Je ne saurai pas vous dire pourquoi, mais la nudité en lieu public ou touristique m’excite particulièrement et me procure un sentiment de liberté intense. La nudité ne cache rien de qui on est. Elle offre le corps tel qu’il est dans toute son humanité et son imperfection, sans artifice, sans fanfreluche. A la maison, nous n’avons pas la pudeur du corps et on est très souvent nus d’ailleurs.

Nous faisons une boucle de Valensole à Puimoisson en passant par Riez. Si vous souhaitez voir les lavandes en fleurs, le temps est compté et la saison s’étend de mi-juin à mi-juillet. Après, elles sont coupées pour être utilisées en parfumerie, huile essentielles, petits sachets à glisser dans les commodes… La période idéale est la dernière semaine de juin et la première semaine de juillet. Que c’est beau ! Cela fait des années qu’on a envie de monter voir cela et on ne regrette pas la route parcourue. C’est magnifique !

En papotant à droite à gauche (vive la Provence), on a appris qu’il y avait moins de monde qu’à l’accoutumée et pourtant, les voitures se suivent à vingt kilomètres heure, s’arrêtent sur le bas-côté sans prévenir, les gens se promènent le long de la route… C’est un peu dangereux par moment, car les touristes regardent plus les fleurs que la route. Vous pourrez même y voir une coquine nue s’exhiber dans les champs ! Quelle adrénaline !

Cette herbacée violacée a un succès fou ! On pensait être tranquilles en ce dernier week-end de juin et faire des photos coquines en extérieur cool et planplan… C’est loupé. Après tout, le piment de l’exhibitionnisme est ce risque. Fort heureusement et comme très souvent, les gens font comme s’ils ne voyaient rien ou se contentent d’un sourire amusé et d’un petit pouce levé. On fait toujours attention à ne faire aucune exhib lorsqu’il y a des enfants ou handicapés mentaux, ça reste entre adultes et c’est bien perçu. Nous avons passé une excellente journée champêtre entre exhib, flashing et émerveillement ! C’est d’une rare beauté, comme seule la Nature sait l’offrir. Ça vaut le détour.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 commentaires sur “[Exhib] Valensole, nue dans les lavandes”