[Exhib] Nue dans un blockhaus, nurbex simplex

Lorsque nous sommes allés dans le quartier des Goudes, à Marseille, début septembre, nous avons encore été curieux et sommes allés à la découverte des Blockhaus se trouvant sur la crête. Je vous avouerai avoir un peu forcé la main à mon Homme, qui est moyennement partant à l’idée de visiter “Ça”. Il est partagé entre la curiosité et le dégoût. Je lui accorde, ces sombres lieux de l’Histoire sont de vrais furoncles visuels. Laissés à l’abandon, ils sont jonchés de détritus et d’éboulis. De plus, on ne sait jamais trop à quoi s’attendre en s’y aventurant. Restons vigilants ! Vous avez ratés notre visite des Goudes ? L’article est ici !

Pour ma part, les blockhaus résonnent un peu comme une Madeleine de Proust… oui, c’est étrange d’écrire cela et pourtant, c’est une partie de mon enfance ! Ma famille étant flamande, j’ai passé de nombreuses heures à jouer avec mon chien dans les fortifications allemandes bordant le littoral de la Mer du Nord. J’avais toujours l’impression que j’allais y faire une grande découverte en ayant le sentiment d’explorer des territoires inconnus sous la bonne garde de mon fidèle compagnon. Je n’ai jamais rien découvert d’autres que des déchets et des pissotières sauvages ! Quoiqu’il en soit, cette même curiosité m’anime ce jour et j’embarque mon Chéri dans ce “Revival” version “Provençale” !

Très rapidement après l’entrée, nous tombons sur une pièce dont le plafond s’est partiellement effondré. Le sol est tapis de pierres et de saletés, mais la luminosité est superbe. On peut voir les nombreux tags animés les murs de milles couleurs vives. Nos regards se croisent avec mon Homme et on n’a pas envie d’être sages du tout ! Ca pétille et plein de petites étoiles coquines animent nos yeux. Ni une, ni deux, j’ôte mes vêtements et sans me soucier du reste de la journée, je les pose au sol dans un coin un tout petit peu plus propre. Je prendrai une bonne douche le soir en rentrant et tout ira à la machine. Je ne vais pas encombrer MrSirban avec mes habits et je ne suis pas amatrice de chichis ! Wild wild Lilli !

Comme je vous expliquais dans l’article sur les Goudes (lire l’article), nous n’avons pas arrêté d’être surpris ce jour-là et ce… même dans le blockhaus ! Ca fait à peine cinq minutes que je suis nue sous l’objectif complice de mon Homme quand j’éclate de rire : un couple regarde pas le trou béant du plafond et je suis grillée forcément ! A poil contre un mur tagué face à eux, juste au-dessus de nous ! Ca ne semble pas les choquer. Ils repartent comme ils sont venus.

Cela ne nous empêche pas de continuer ! Mon Homme se régale, il adore me voir nue dans ce lieu si glauque. Nous pratiquons rarement le Nurbex, car nous privilégions les lieux fréquentés pour nos exhib. On aime courir le risque d’être surpris, ça participe pleinement à notre excitation. Nous sommes moins friands des lieux “calmes”. Mais ce blockhaus est idéal : une friche historique en plein coin touristique !

 Je vais vous faire une confidence : je pense que MrSirban a contracté une assurance-vie sans me le dire, car à un moment, il voit une tige en fer toute rouillée et me demande de m’y agripper et de garder la pause. Légèrement cambrée et les fesses tendues vers mon Homme, je m’accroche dans le plus simple appareil à ce morceau de métal hors d’âge qui s’effrite sous mes doigts. Je vous rassure : mon vaccin antitétanique a été mis à jour il y a deux ou trois ans !

Nous changeons de zone dans le blockhaus. Je me déplace nue comme un ver un samedi après-midi dans une fortification allemande abandonnée, normal quoi ! Mon Aimé est d’humeur sadique, car il me demande de prendre une position vraiment dure à tenir. Il a repéré un puits de lumière éclairant une zone de pénombre. Il me demande de monter sur une pierre bancale et de me courber en direction du mur sur lequel est figé un crochet rouillé digne des pires films d’horreur (je n’ai vu le crochet qu’après coup d’ailleurs).

Après la séance photo, nous sommes tous les deux poussiéreux et transpirants. Il fait une chaleur écrasante dans ce blockhaus, je ruisselle. Le lieu glauque et sordide, les exhib, les gens qui passent… tout ça nous excite terriblement ! Mon Homme me plaque contre une sorte d’étagère noircie par les âges (ou les barbecues sauvages !) et sort son sexe de son pantalon. Je n’ai pas le temps de me retourner pour le sucer, qu’il est déjà en moi en train de me pénétrer. Ses coups de reins sont bien sentis, profonds, virils. C’est extatique. Nous frissonnons de plaisirs. J’adore le sentir en moi, c’est le plus merveilleux des délices. Voyant qu’il va jouir, il me demande de le sucer. Habituellement, étant une personne qui réfléchit tout le temps beaucoup trop, ça me “gêne” un peu de prendre un sexe en bouche avec ma cyprine dessus. Ca ne me dégoûte pas, mais j’ai une première phase abstractive avant d’y prendre vraiment du plaisir. Mais là je suis tellement excitée que je n’y pense même pas. Mon Aimé jouit finalement sur mes seins. On se nettoie et on se rhabille quand on entend une voix masculine dire “Toc toc toc ! Il y a des petits habitants ici, on dirait ?” ! Et bien, comment dire ? Je crois que nous sommes de nouveau grillés ! C’est dommage que cela ne se soit pas produit cinq minutes plus tôt, on se serait bien vu l’inviter à nous rejoindre selon comment il se serait comporté en nous “surprenant” ! Mais sa petite phrase d’approche était sympathique.

Malheureusement, la GoPro n’a pas voulu fonctionné. Aucune des deux batteries n’a été en état de marche. Vous ne verrez rien de ce moment de sexe viril et intense, ni du monsieur qui s’invite trop tardivement. Nous avons été très excités par notre journée aux Goudes, le lieu est très singulier : une nature sauvage, abrupte et battue par les vents, un sentiment de bout du monde associé à des oxymores visuels d’une laideur incommensurable, des blockhaus abandonnés au sort de l’Histoire. Assez bizarrement cependant, le “notre” ne sentait pas mauvais du tout ! S’exhiber nue dans ce blockhaus a participé pleinement à l’excitation, un lieu abject où nous avons tenté d’ajouter une touche de charme !

le fameux crochet digne d’un film d’horreur, on se croirait dans “Hostel” !
Partagez !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “[Exhib] Nue dans un blockhaus, nurbex simplex”