[Exhib] A Marseille, sur l’île d’If – 1/2

La chaleur estivale est souvent une bonne excuse pour se promener et découvrir des lieux de sa région qu’on n’a toujours pas visité. Cela fait seize ans que j’ai quitté Paris intramuros pour le Var et je n’avais jamais eu l’occasion de visiter le château d’If et les îles du Frioul. MrSirban l’a visité lorsqu’il était enfant et n’en garde pas un souvenir impérissable ! Chaque été, je le tanne pour qu’on aille voir cet endroit chargé d’histoire, c’est une ancienne prison construite sous François Ier, à la saveur hautement romanesque, si comme moi, les romans d’Alexandre Dumas ont bercé votre enfance. Mes efforts ont payé ou mon Homme en a eu marre que je revienne à la charge régulièrement, j’ai enfin réussi à le convaincre d’y aller.

La dernière fois que nous sommes allés à Marseille, c’était en septembre de l’année dernière. C’est à une heure et demie de chez nous et on n’est pas fan de la ville, c’est toujours très bordélique et sale. On a tellement de coins sauvages et de villages pittoresques dans le Var, qu’on n’est pas très enclin à faire de la route pour se polluer les oreilles et les poumons ! On met le réveil à 6h30, on se prépare rapidement et on embarque sur le Vieux-Port à 10h. La traversée en bateau est très agréable et dure une vingtaine de minutes. Force est de constater que la vue est superbe entre le Vieux-Port, le Fort Saint-Jean, le MUCEM, le palais du Pharo… Se détachent déjà au loin les îles du Frioul. Nous accostons sur l’île d’If sur laquelle se trouve la célèbre célèbre forteresse prison construite sous François Ier. Il est impossible de faire des exhib dans le bateau, il y a trop d’enfants au mètre carré.

Nous avons très envie de ponctuer la découverte du château d’If d’exhibes coquines, seulement il y a beaucoup de familles. Nous sommes en plein pendant les vacances scolaires, ça n’aide pas. On n’a aucunement envie d’être surpris. Nous réfléchissons à une tactique et décidons d’un commun accord avec MrSirban de faire la promenade à contre-courant des visiteurs. La horde se dirige vers le château. Nous irons plus tard. On part à l’opposé en direction du petit potager et de l’enceinte périphérique, qui date du XVIème siècle. On comprend que le château doit se visiter très rapidement, car des gens sont déjà tout en haut des tours et voient mon corps à demi-nu. Un Monsieur en T-Shirt vert n’en perd pas une miette !

Certains bâtiments sont en cours de rénovation. J’espère avoir agrémenté la journée des ouvriers sur le chantier en exhibant mes seins devant eux. A moins qu’ils n’aient préféré voir la vue sur Marseille et Notre-Dame-de-la-Garde qu’on a depuis l’île. Hormis quelques barres d’immeubles, c’est tout de même très joli. C’est ce que nous reprochons à Marseille, il y a toujours quelque chose de moche dans la périphérie de quelque chose de beau !

Vous souvenez-vous du célèbre film d’Hitchcock, Les Oiseaux ? L’ambiance est la même avec les goélands insulaires. Ils sont en pleine période de reproduction et plusieurs panneaux indiquent de se montrer très vigilants car ils attaquent. Nous avons d’ailleurs été observés et suivis de près par des volatiles énervés qui nous criaient dessus et ne nous quittaient pas des yeux !

Nous avons longé le chemin de ronde et trouvé sur notre route trois anciennes bases de défense antiaérienne allemandes datant de la Seconde Guerre mondiale, elles sont en piteuses état et ne sont pas visitables. Un goéland mécontent est venu me faire comprendre que exhiber mes fesses sans culotte à proximité des nids, ce n’était pas idéal ! On laisse un groupe (de gens) ayant débuté dans le même sens de visite prendre un peu d’avance pour poursuivre les exhibes aux pieds du château.

Notre regard se pose sur les îles de Ratonneau et de Pomègue, où nous irons en début d’après-midi. Notre point de vue offre un magnifique aperçu de l’ancien hôpital Caroline, qui hébergea des malades à l’isolement atteints de la fièvre jaune au XIXème siècle. Je crois avoir lu quelque part qu’il est actuellement en rénovation et n’est plus visitable. J’y avais vu des photos d’urbex, qui m’avaient pourtant bien donné envie de m’y mettre nue pour un clair-obscur entre érotisme et lieu glauque, un peu comme nous l’avions fait l’an dernier aux Goudes dans un blockhaus. Ce sera pour une autre fois.

Ici s’achève la promenade sur l’île d’If. Nous avons été très étonnés par l’ambiance donnée à la découverte du lieu, car il s’agit à la base d’une forteresse-prison, un lourd passé, mais la visite est orienté en grande partie sur le roman d’Alexandre Dumas et ses personnages de fiction, comme Edmond Dantès et l’abbé Faria. Si vous avez lu Le Comte de Monte-Cristo, l’histoire du lieu résonnera comme une madeleine de Proust. Dans le prochain article, on ira visiter l’intérieur. MrSirban m’y a fait jouir entre deux geôles et je l’ai sucé dans un cachot !


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 commentaires sur “[Exhib] A Marseille, sur l’île d’If – 1/2”