♥ Blog libertin gratuit d'une coquine hotwife très exhib ♥

[Hotwife] Visite médicale coquine : auscultation approfondie

Fin mars, MrSirban et moi avons rendez-vous chez un médecin spécialiste. Cela fait la troisième fois qu’on le voit depuis début 2020. Le corps médical est chaud bouillant dans le Var, car on a déjà fait une visite médicale coquine avec le médecin traitant (lire l’article). On a informé très tôt le généraliste que nous pratiquons le libertinage et il a eu connaissance du blog pour pouvoir nous conseiller médicalement sur nos pratiques. Par contre, on n’avait pas prévu d’en parler au spécialiste. Le destin en a décidé autrement !

Lorsque nous avons fait la connaissance de ce médecin en janvier 2020, l’entretien a été des plus conventionnels et professionnels. Notre ancien spécialiste a changé de cabinet et on part sur un nouveau docteur. Quand on s’est revus en juillet 2020, j’ai eu des soupçons sur le nouveau Doc. Son comportement m’a paru étrangement séducteur, entre gestes à la limite d’être des caresses lors de l’auscultation, comme déplacés, et des regards mutins appuyés, sans omettre une allusion étrange qu’il nous a glissé dans la conversation en nous disant qu’il plongeait à l’île du Levant. Il s’agit d’une île naturiste au large de Hyères dans le Var, également réputé pour ces soirées libertines privées dans les maisonnées. On en a discuté avec mon Aimé et un doute nous habite.

Le doute se lève mi-mars 2021 !

Avant d’aller au cabinet, on s’interroge avec MrSirban en se disant que le spécialiste nous a semblé coquin l’autre fois. On s’en amuse en se disant que si c’est le cas, ce serait marrant. On attend quelques minutes dans la salle d’attente avant qu’il nous guide à son cabinet. On fait le point sur nos bobos respectifs. Il ausculte d’abord MrSirban, puis vient mon tour. Allongée sur le dos, ses mains m’auscultent puis glissent dans une forme de caresse sur ma poitrine. Habituellement, ce genre de geste ne se produit pas. Il fait ensuite une remarque sur le petit nœud de ma culotte, qu’il trouve mignon. Curieux ! Lorsque je me retrouve à devoir baisser ma culotte pour l’auscultation, ses doigts s’égarent sur mes petites lèvres puis caressent délicatement mon clitoris. Le doute n’est plus permis, il n’est pas maladroit et il n’a rien à faire à cet endroit de mon anatomie. Je suis toute à la fois surprise, gênée, dubitative… soit c’est un gros pervers, soit c’est un coquin qui ne sait pas comment amener LA CHOSE. Mon coeur bat la chamade, il faut que je lève toute ambiguïté, car il se permet des gestes déplacés. J’y vais franchement : “Vous pratiquez le libertinage ?”. Tout sourire, le regard mutin, il me confirme être libertin : “Oui“. Il reprend : “Je lis le blog“. Il me parle de l’article sur les routiers (lire l’article). Ok ! Il n’a pas pu l’inventer ! Je n’y crois pas ! Le monde est petit. On change de spécialiste en janvier 2020 et le nouveau docteur lit le blog ! Différents éléments l’amènent à nous reconnaître : les voyages (Costa-Rica, Oman…), notre couple, la morphologie, des anecdotes… Il fait des recoupements et déduit que ses nouveaux patients sont “Lilli et Sirban”. Il ne sait pas comment aborder le sujet. Il faut bien avouer que c’est délicat. Il y a toujours la crainte de faire une mauvaise interprétation et d’aller à l’encontre de problèmes.

Un point m’a gênée : il a fait fi de mon consentement et l’a pris pour acquis. Plutôt que d’ouvrir le dialogue à un éventuel échange charnel en me demandant si je tenais un blog par exemple ou en me questionnant ouvertement, il s’est permis directement de caresser mon intimité sans demander une quelconque autorisation. Cela m’a mise mal à l’aise. Je suis toujours celle qui choisit nos partenaires et je ne me serai jamais permise de mettre la main au panier d’un homme que je souhaite convier à nos jeux libertins ou hotwife, j’ouvre toujours le dialogue avant. Etre libertine et exposer une sexualité libérée ne signifie être en libre-service et ne donne pas tous les droits, encore moins celui de toucher sans autorisation ! On doit toujours avoir le choix. Ce point me dérange encore aujourd’hui, j’ai mis cela sur le compte de la maladresse pour l’excuser. 

Nota Bene 16/04/2021 : Le médecin a lu l’article et a été très attristé par mon ressenti sur le démarrage de cette partie imprévue. Il est sincèrement désolé et souhaite en discuter ouvertement pour présenter ses excuses et s’expliquer. Il n’a réellement pas voulu mal faire, il a été pris au jeu de son scenario. Errare humanum est ! Mais n’oubliez pas : ce n’est pas parce qu’une libertine se dévoile sur le Net qu’elle s’offre à tout le monde sexuellement ou qu’elle est en libre service sexuel. On vit dans la même vie que vous, la vraie vie. Le consentement ne doit jamais être pris pour acquis. Dialoguez, échangez, soyez bienveillant et respectueux, assurez vous verbalement que votre partenaire soit partant et ne le prenez pas pas surprise !

Il ne m’ausculte plus. Il y a comme une tension dans le cabinet. Maintenant, il me demande la permission de me caresser. C’est pour cela que je pense sincèrement qu’il s’agit d’une maladresse. Mon stress redescend immédiatement. Je la lui donne. Ses mains s’égarent sur mon corps. Le Doc n’est pas un gros pervers, je m’apaise et me libère en confiance. Je lui demande si mon Homme peut nous rejoindre. Il acquiesce. J’appelle MrSirban, qui en ouvrant la porte voit le médecin me caresser les seins. Sa réaction : un sourire jusqu’aux oreilles, un regard étonné et un ” Ah Ok ! Allez-y ! Continuez ! “. J’ai totalement basculé en mode libertine ou patiente coquine. Tout s’enchaîne à merveille et je vois que mon Homme se régale autant que nous, le Doc et moi. Je suis très excitée par la situation impromptue. Désormais toute nue sur la table d’auscultation, il me demande la permission de me lécher. J’accepte en me disant que je ne suis pas très proprette. On s’est levés à 5h30 et même si j’ai mis un coup de lingette un peu partout avant d’aller chez le médecin comme à chaque fois, il est bientôt 19h et je ne suis plus de première fraîcheur ! Cela ne semble gêner que moi… enfin, j’espère ! A un moment, je ne résiste plus et caresse son sexe à travers son jean, jusqu’à l’en extraire pour le masturber et le sucer. Cela faisait cinq mois que je ne goûtais qu’au sexe de mon Mari, notre dernière rencontre libertine remontant à octobre 2020 (lire l’article). J’apprécie sa virilité, il n’hésite pas à me brusquer et prendre les choses en main en guidant les fellations, en maintenant ma gorge entre ses mains. Lorsqu’il m’a dit être libertin, cela ne fait désormais plus aucun doute. Il n’a pas la frénésie de la découverte comme lors d’une rencontre imprévue avec un non-libertin. Il a l’assurance de celui qui connaît le milieu. De notre côté, nous n’avons pas osé filmer avec le téléphone portable car, rien n’étant programmé, nous n’avons pas pu en discuter de cela et avoir une quelconque autorisation.

On n’y tient plus. La tension sexuelle est de plus en plus palpable et je lui demande s’il souhaite me prendre. Je pense alors demander à mon Chéri de récupérer le nécessaire “Hotwife” dans le sac à mains (préservatif et lubrifiant), mais ce coquin de Docteur a tout prévu et a clairement un coup d’avance sur nous ! Il sort de sa poche de jean un préservatif avec un regard malicieux. Le filou ! Il me demande quelle position à ma préférence, j’opte pour la levrette bien cambrée sur la table d’auscultation. Il humecte ses doigts, qu’il glisse dans ma petite chatte serrée et s’introduit en douceur en moi. C’est ex-ta-tique ! Mon corps frémit sous ses coups de reins. Je le sens très à l’aise dans la partie coquine, prévue pour lui et improvisée pour nous ! MrSirban savoure ce libertinage retrouvé ! Il se masturbe en étant particulièrement excité par la situation ! A un moment, le Docteur et moi lui demandons de quitter la salle d’auscultation. Il se retire et nous laisse juste tous les deux. Nous changeons de position, il souhaite me voir de face et agripper mes petits seins pendant qu’il me baise. Nos regards plongent l’un dans l’autre et l’excitation est à son paroxysme. Je suis sûre que derrière la porte, MrSirban écoute chaque respiration, chaque mot susurrés. Le Doc se montre d’un naturel dominant et n’hésite pas à empoigner ma gorge ou le bas de mon visage, ce qui a le don de m’exciter plus encore. Etant lecteur du blog, il sait qu’il peut se permettre d’être viril. Il glisse sa tête entre mes cuisses pour dévorer ma minette et la dilater davantage, car je suis visiblement serrée et ses va-et-vient ne semblent pas ouvrir suffisamment le passage ! Seul point délicat (mais néanmoins très excitant) : nous ne pouvons pas faire le moindre bruit, car il peut encore y avoir des patients dans la salle d’attente et cette auscultation n’a rien de… classique !

Après m’avoir prise de face sur la table, il me propose de me prendre sur son bureau devant mon Mari candauliste. C’est la partie que j’ai préféré ! La poitrine plaquée contre la vitre, il m’a prise debout en appui contre le mobilier en demandant à MrSirban de mater. Pendant qu’il me prenait sans ménagement en me mettant quelques fessées sans faire trop de bruit, il me demandait de répéter que j’étais là pour le vider, qu’il me prendrait à chaque fois qu’on viendrait en consultation, que j’étais sa salope… J’ai été à deux doigts de gicler tellement cela m’a excitée qu’il me parle ainsi. Je lui ai répété avec plaisir que j’étais un garage à bites bonne à vider des couilles. Instant particulièrement hard et cérébral qu’il a ponctué d’un instant trioliste en me demandant de sucer mon  Homme pendant qu’il me baisait virilement. MrSirban a alors une érection fantastique (je dirais même plus “fantas-trique” !) et le sentir dans ma bouche tout en lui offrant une fellation pendant que je me fais démonter, c’est torride et diablement excitant ! Je sens que je ne vais pas tarder à entrer en zone de surchauffe ! Entre le manque de pratique libertine et le fait que nous n’ayons pas utilisé de lubrifiant avec le préservatif, j’ai tenu une quarantaine de minutes je pense. Voyant un certain inconfort, je commence à chercher des positions me permettant d’aérer ma petite minette en feu, le Doc a souhaité me jouir dessus. Il m’a demandé où je souhaitais qu’il gicle. Je lui ai proposé mes petits seins.

Le libertinage imprévu passé, nous avons repris la consultation médicale comme si de rien n’était ou presque. Tous les trois un peu perdus, un peu paumés, encore perchés sur un nuage au Septième Ciel. On a un mal fou à rebasculer en mode “consultation classique”. Cela nous amuse avec mon Homme, car on a continués à tutoyer le médecin après cet échange intime… mais le Doc a repris son sérieux et a alterné entre vouvoiement professionnel et tutoiement non-conventionnel ! Depuis un an avec la Covid, on s’auto-frustre en coquinant avec parcimonie dans le creux des vagues. Quand nous avons quitté le cabinet médical, nous avons trouvé amusant qu’en faisant tout pour restés sages sans libertinage depuis des mois, le libertinage vient naturellement à nous ! Le monde est petit. Quoiqu’il en soit, maintenant, je suis sereine pour parler des mes petits bobos de coquineries entre le généraliste fétichiste des pieds et le spécialiste libertin accompli !

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 commentaires sur “[Hotwife] Visite médicale coquine : auscultation approfondie”