Site gratuit d'une coquine libertine
Site gratuit d'une coquine libertine

[Tenerife] Highway to Hell, flashing au volcan Teide

Nous sommes arrivés à la dernière étape de notre voyage aux îles Canaries. Pour clôturer les deux semaines de congés, le choix s’est porté sur l’île de Tenerife pour une seule raison : monter sur le plus haut sommet d’Espagne, un énorme volcan à la forme conique… Highway to Hell, flashing au volcan Teide !

Pour monter à son sommet, il faut obligatoirement réserver le téléphérique. On a choisi un horaire matinal pour des vacances et on a une heure et demie de route pour y aller. Il a fallu se lever de bonne heure, mais de bonne humeur. Concernant la tenue, ça a été LA grande question ! En discutant avec les locaux, on a découvert qu’il pouvait faire 5° comme 25° en haut du Teide. Mon Homme a opté pour T-shirt, pull, jean, doudoune et moi, T-shirt, pull, collants, legging, doudoune.

Chacune des sept îles de l’archipel est très différente. On en a retenu trois. On a passé cinq jours à Lanzarote, cinq à Gran Canaria et on en a prévu quatre à Tenerife. Cette île nous séduit moins. A nos yeux, elle s’impose comme l’archétype du tourisme de masse incarnant ses dérives, ses excès et ses abus. Mais on souhaite ardemment voir le volcan Teide, le plus haut sommet d’Espagne culminant à 3 718 mètres d’altitude. L’année dernière, nous étions restés plus de six heures à l’Aiguille du Midi (lire l’article) à 3 842 mètres. Nous n’appréhendons pas le mal des montagnes. Le volcan s’impose presque partout sur l’île avec sa position centrale et sa forme conique rappelant le volcan Arenal au Costa-Rica (lire l’article). Ce sont deux stratovolcans.

On a prévu une demi-heure de marge pour profiter sereinement du paysage en faisant des arrêts où bon nous semble. Le trajet est superbe et on s’en met plein les mirettes. La végétation change au fur et à mesure qu’on monte en altitude. Il y a un point de vue sur une mer de nuages où on a fait quelques flashing en bord de route.

Après que mon Homme m’ait demandé de montrer mes fesses sur le parking, nous avons traversé la route pour admirer la mer de nuages. On a fait plusieurs exhib coquines. Soulever le t-shirt ; baisser le legging… ce n’est pas la tenue idéale pour du flashing et cela prend un temps certain pour se déshabiller et se rhabiller. Niveau discrétion, on repassera !

D’ailleurs, un automobiliste a pris le temps d’arrêter son véhicule pour profiter du spectacle de mes fesses et seins dénudés. Il a pu assister à une partie des photos coquines, d’abord sur le bord de la route devant la mer de nuages, puis en retournant à la voiture. On a un horaire à respecter et s’il y a d’autres points de vue sur le chemin, on ne voudrait pas les manquer faute de temps.

L’Enfer est pavé de bonnes intentions et c’est à peine métaphorique, puisque la route serpentant sur le cratère est réellement pavée de briques ocres. On a pris un malin plaisir à ne pas être sages en exhibant mes fesses sur la route.

Le trafic est calme. Pour autant, on s’est fait surprendre par quelques voitures. C’est ce risque d’être vus nus qui émoustille. Mon Homme me lance parfois des défis flashing alors qu’on est entourés de monde sur un lieu très touristique pour cette adrénaline. Quand nous faisons des photos coquines dans un endroit où on est pratiquement sûrs de ne croiser personne, ce n’est pas le même plaisir. On prend le temps de faire des exhib plus sophistiquées, on n’est pas dans le vif de l’instant et le piment.

On profite d’un dernier point de vue pour faire un petit flashing de seins touristique sur le troisième plus gros volcan du monde ! C’est la dernière ligne droite avant d’arriver au téléphérique et pouvoir fouler le Teide.

Après une vingtaine de minutes d’ascension en téléphérique, on arrive pratiquement au sommet. Le plus haut sommet d’Espagne culmine à 3 718 mètres, mais les deux cents derniers mètres se font obligatoirement avec un guide. Deux cents autorisations sont délivrées quotidiennement et il faut réserver des mois à l’avance. Il faut avoir une bonne condition physique car le dénivelé est important. N’étant pas sportifs, mon Homme et moi avons préféré faire les randonnées à 3 555 mètres d’altitude.

Aussitôt sortis du téléphérique, MrSirban me lance un défi flashing public… en me demandant d’exhiber mes seins ! Vous ne verrez pratiquement personne sur les photos et pourtant, il y a du monde. Toutes les vingt minutes, le téléphérique déverse plus de cinquante personnes et on va tous dans le même sens. C’est délimité pour des raisons de sécurité. Il y a deux sentiers de randonnée : un champ de lave sur le versant Sud et un mirador sur le versant Nord. On ne peut rester qu’une heure.

Le champ de lave est impressionnant, car il permet de saisir toute la puissance du volcan. Au bout du sentier, on embrasse du regard le Sud et l’Ouest de l’île de Tenerife. Le ciel est très dégagé, on a pu voir l’île voisine de la Gomera, mais aussi les grands resorts hôteliers de Las Americas et le littoral abrupt de Los Gigantes, un champ de lave s’étant noyé dans l’océan. En rebroussant chemin pour faire la seconde randonnée, on a pu faire deux exhib à contre-courant du flux touristique.

Nous avons poursuivi en allant au mirador de la Fortaleza. On admire la caldera de las Cañadas. Elle est impressionnante. On se sent tout petit à côté… même en la surplombant ! Elle fait 17 kilomètres de diamètre. C’est une des plus grandes sur Terre. Les nuances de couleurs sont magnifiques et on aperçoit même différents champs de lave. Ce sont les tâches sombres que vous voyez derrière mes fesses : MrSirban m’a demandé de baisser le legging pour faire une petite vidéo. C’est le sentier que nous avons préféré. La vue est à couper le souffle et tout est imprégné du volcanisme environnant entre les sismographes mesurant l’activité du Teide et les fumerolles empestant le souffre, il n’y a aucun doute sur le lieu où on se trouve.

Le parc national du Teide a été classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 2007 et il accueille chaque année plus de 2.5 millions de touristes. C’est un des lieux les plus visités d’Espagne. On ne regrette vraiment pas d’avoir choisi de terminer notre voyage dans les îles Canaries pour voir ce volcan. Il vaut le détour à lui seul. On a passé le reste de la journée à profiter du parc.


Tous les articles sur notre voyage dans les îles Canaries en cliquant ci-dessous

Répondre à Raoul Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 commentaires sur “[Tenerife] Highway to Hell, flashing au volcan Teide”